Solidarité

 

L’après-midi s’achève

Il fait doux, ça sent encore les vacances.

A Bienne , comme à Barcelone.

Ils ne le savent pas encore.

Certains vont vivre.

D’autres seront tués.

Il y aura aussi des blessés.

grave, et moins graves.

Une centaine.

Par extensions, des milliers de gens seront touchés, physiquement

ou psychologiquement.

Traumatisés à vie.

Par la folie des hommes.

Des touristes, 18 nationalités, à ce que j’ai lu.

Bien plus certainement.

Un peu comme chez nous, à Bienne.

Place Centrale, les terrasses , les bancs devant les banques,

sont occupés par des personnes venant de tout les points du globe.

C’est ainsi chez nous.

Nous avons l’habitude.

117 nationalités se côtoient sans problème.

Si le but était de terroriser le monde entier, alors,

« ils » auraient tout aussi bien pu commettre leur attentat chez nous.

A Bienne, le soir est tombé.

Ca sent bon ,le parfum des jeunes gens.

Ils  ne sont pas encore rentré chez eux, après le travail.

A Barcelone, ils étaient en vacances.

Maintenant, ils y sont pour toujours.

Une part d’eux, en tout cas

Le ventilateur de mon ordinateur trouble le silence de la nuit.

Alors, on sait bien qu’ils sont partout.

Mais ça donne l’impression qu’ils se rapprochent

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire