Réussite

je veux réussir.

Je veux gagner ma vie…

Quelle drôle d’expression… gagner sa vie…

Qui sous-entends qu’on doit avoir de l’argent pour vivre, mais aussi que l’on peut en quelques sortes perdre sa vie.

Pas question que ça m’arrive.

Jusqu’à présent, j’ai eu beaucoup de chance, de recevoir de l’aide pour pouvoir continuer mon travail, dans de meilleures conditions.

J’en suis terriblement reconnaissante.

Sans ça, je ne pourrais pas vous en parler.

Je prends conscience, maintenant, que si je veux vraiment gagner ma vie avec mon travail, je devrais investir.

Portes cartes, pour mettre mon travail de photo en valeur.

Portes-bijoux , pour mes bijoux.

Mais aussi, de quoi m’habiller chaudement pour cet hiver, sans avoir l’air d’une réfugiée polonaise..

Et encore , pouvoir investir dans l’impression de cartes postales.

D’agrandissements pour mes cadres.

Comment faire quand le peu que je gagne passe dans la nourriture?

Je déteste demander de l’aide.

Un des jours les plus heureux de ces dernières années fut quand j’ai décidé de me passer de l’aide de la ville.

Enfin « aide » ce n’est pas tout à fait le mot qui convient.

Je lis ou j’entends parfois des gens se plaindre de ceux qui reçoivent de l’argent des oeuvres sociales.

Il faut savoir que ça à un prix.

Un prix moral, qui fini par se voir.

C’est comme une spirale infernale, qui vous tire vers le bas.

Mieux vaut tout-de-suite sauter par la fenêtre…

J’ai besoin d’aide, mais je ne veux pas en recevoir…

Ou du moins pas à n’importe quelles conditions.

Je veux rester indépendante.

Et un beau jour aider à mon tour.

 

J’ai peut-être une solution, une sorte de pilier, que je n’ai jamais touché et qui m’aiderait  bien.

Je vais voir si c’est possible.

Ca serait l’idéal.

Ca mettrait déjà un peu de tarama sur mon pain bâlois.

.

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :