Trou noir

Il faut que je vous raconte.
Que je vous informe.
Mon blog sert habituellement à rester positive,
mais ce que j’ai remarqué, là, ce matin, à la gare, doit être dit.
Voyez vous même :
Aux environs de la petite Coop, celle qui se trouve à la sortie, il y a une sorte de trou noir qui fait dispraître certains aspects de notre personnalité et en apparaître d’autres.
-Hein ?
Si, si.
Ca fait 4 histoires déjà, similaires qui se produisent là que je peux vous raconter.
2, c’est une coïncidence,
mais 4 ?
C’est la preuve.
Il y a quelques années, déjà, une mésaventure spécialement fâcheuse m’avait déjà mis sur la pise d’une éventuelle anomalie.
Mais je ne pensais pas que c’était lié à cet endroit.
-Mais kesquispasse ?
Ben des choses disparaissent.
Les verbes, la politesse, le respect…
Je vous ai déjà raconté la première.
Je ne vais pas revenir dessus.
.
Voilà les autres.
Et chaque fois, je suis avec ma petite fille.
La dernière , c’était pas plus tard que ce matin.
Je rentre dans la coop, un peu rapidement, avec mon masque autour du cou.
Accroché à un de ces ravissants et très pratique porte-masque que je fais moi-même.
Parenthèse pub.
Il est 6h45 du matin et je viens acheter un gouter pour ma petite fille.
Il y a une nouvelle vendeuse.
Grognon.
Ce n’est pas son nom, mais son état.
Pas un bonjour, par contre, elle me lance à travers le magasin ces deux mots, sur un ton plutôt sec.
Avec l’accent suisse -allemand.
J’en ai déjà parlé.
Se faire engeuler en français , n’est déjà pas agréable.
Mais en suisse-allemand, c’est une expérience que je ne souhaite à personne.
De bon matin en particulier.
-Matam !!! Mazk !!!!
Je suppose qu’elle veut dire : Madame, Masque-
Pas de verbe, pas de s’il vous plait.
Juste une interpellation et un ordre.
D’habitude, je suis le genre de personne qui ne réagit qu’après coup.
Je me dis, j’aurais du faire ci ou ça.. des heures plus tard.
Pas cette fois.
L’énervement grimpe.
Comme une flèche.
Je déteste me faire traiter comme un chien devant ma petite fille.
Alors, je lui montre que je l’ai ce p…. de Mazk, que je vais le mettre.
Je précise que le magasin est quasi désert.
Ma petite fille prends un kinder contry, et je suis déjà à la caisse.
Arrive tout un groupe.
Et qu’est-ce qu’elle fait, ma vendeuse pas préférée ?
Elle va à une autre caisse et elle les sert.
Là, ça commence à faire beaucoup.
Ils sont 5 et on va être en retard à l’école.
Donc je m’exprime.
Ca sort tout seul.
Ca commence par une imitation assez réussie du « Matam Mazk ».
Avec mon opinion sur le sujet.
Celle que je viens de vous raconter.
Ou est la politesse ?
Disparue.
D’ailleurs, moi aussi, je suis atteinte.
L’autre vendeuse, qui me connait et qui est bien plus aimable, la pousse vers ma caisse.

La je balance mon kinder country à travers la vitre.

Elle le rattrape de justesse.
Je vous promets, je n’ai jamais fait ça avant, et même, je n’ai pas voulu le faire.
J’ai eu l’impression que ce kinder contry avait sa vie propre, et qu’il c’était projeté tout seul.
Pendant qu’elle me rends la monnaie, curieusement je me calme.
Je dois montrer l’exemple.
Mais aussi, c’est bon, j’ai dit ce que j’avais à dire tout de suite, pour une fois.
Donc c’est bon, ma colère retombe.
Je décide de ne pas en rajouter, je prends ma monnaie et je lui souhaite une bonne journée.
Pas elle ,mais c’est pas grave.
Je ressors,
Bon, c’est vrai, j’ai encore fait quelques Matam et quelques Mazk sur le chemin.
Mais c’était surtout pour faire rigoler ma petite-fille.
Cette petite mésaventure ne tournera pas en déconfiture.
Il m’est arrivé, quasi au même endroit , un autre jour, devant le magasin, presque la même.
Avec encore un mot en moins.
Juste un ordre.
En suisse-allemand.
-Descends!

Un jeune policier.. pas masqué d’ailleurs, alors que c’est obligatoire à cet endroit…
Tss tss…
M’ordonne, de descendre de ma trottinette.
Rien, absolument aucun panneau, aucune écriture ne prévient qu’il est interdit de trottiner dans la gare.
Donc voilà.
Je voulais vous avertir.
A cet endroit, il y a une sorte de trou noir qui fais surtout effet sur nos compatriotes suisses-allemands.

Ne vous y tromper pas, j’aime beaucoup les suisses allemands.
Les pauvres, ce n’est déjà pas facile d’avoir le dialecte le plus moche du monde.
En plus, souvent ils font des efforts que nous, romands ne faisons pas pour nous faire comprendre.
Mais je suis un être humain qui a droit au respect.
Aussi.
Etre policier ne donne pas le droit de donner des ordres de manière aussi sèche.
Ni d’aucune manière d’ailleurs.
A moins d’avoir tué quelqu’un.
Je suggère un :
Bonjour Madame.Savez-vous qu’il est dangereux de faire de la trotinette à cet endroit ?
Je répondrais.
-Mais oui, mon bon monsieur. C’est pour ça, comme vous pouvez le constater, que je vais doucement, en restant dans les bords.
-Désolée, ma bonne dame, mais ici, ce n’est pas autorisé.
-Ah bon ? Pourtant, nul panneau indicatif ne m’a prévenue de ce fait !
-C’est ainsi, et je le regrette. Je vous le dit de visu, ce n’est point permis.
-Bon ,je vais respecter vos consignes.
-Vous ferez bien.
-Au revoir messieurs les policiers.
-Au revoir Madame , une bonne journée à vous.
Et voilà !
Et tout le monde repartirais dans sa direction, le coeur joyeux.
Quand on vous traite comme un chien, pardon, moins qu’n chien, parce qu’en Suisse, on adore nos chiens, on les traite bien.
Quand on vous ordonne séchement de faire quelque chose, c’est rabaissant.
Personne n’aime être rabaissé.
En plus je sais que ce ne sont pas les consignes.
Je pourrais faire encore toute une histoire sur le rabaissement, mais .. il fait beau aujourd’hui.
Je pourrais vous raconter encore une autre histoire, voir deux, ce qui porterait à 5… qui c’est produite à la même place.
Non, 6 ! quand j’y pense.
Mais non

Le sous-voie de la gare… est un endroit ou il se passe aussi de belles choses et je vais terminer par une d’elle :
Un jour, juste devant moi, dans la foule un jeune homme court.
Dans son empressement, un i-phone dernier modèle tombe de sa poche.
Il ne remarque rien.
Et là, tout e cette foule indifférente la minute d’avant se transforme en êtres humains concernés.
Et telle la Mer morte devant Moïse, elle s’ouvre.
L’i-phone passe de main en main jusqu’a son propriétaire.
Qui ne loupera pas son train, et récupère son précieux objet.
Je me sens bien.
Si j’étais restée avec ma colère, je me serais auto-détruite… pas complètement, juste un peu.
Un peu de trop.
Ou alors je l’aurais sortie sur quelqu’un d’autre.
Ce qui serait mal.
J’ai décidé de faire des photos pour mes prochaines cartes, pour le prochain marché.
Je vais finir sur une reflexion admirable que quelqu’un m’a fait hier.
On croit que le vaccin, les pass et les maques divisent le monde.
Mais non.
Cette personne, qui est sociable et aime parler avec les autres à remarqué que :
les gens deviennent plus abordables.
Plus disposé à la discussion.
Parce que nous avons des sujets qui nous concernent tous.
Et que bien souvent, la conclusion de ces discussions est :
que ous sommes libre d’avoir notre opinion et devons respecter celle des autres.
Bien sur, vous pourrez me donner des exemples de fois ou ce n’est pas le cas.
Bien sur.
Chacun est libre d’exprimer ses vues.
-Même en suisse-allemand ?
– ….
PS. J’ajoute que, quoi que je dise, je n’attaque personne. Ni les suisses-allemand, ni les vendeuses de la coop, ni nos services de l’ordre, ni les pro, ni les antis vaccins, pass, ou mazq…
Personne n’est parfait et surtout pas moi.
Mon unique but est de vous divertir, avec mon sens de l’humour particulier, qui j’espère sera apprécié.
Si ce n’est pas le cas, heureusement, internet regorge d’autres blogs, et ce ne sont pas vos impôts qui me font vivre.
Donc ne perdez pas votre temps à m’en vouloir.
Et si vous le faites quand même sachez qu ça me reviendra multiplié positivement. Donc, merci !

Quand à ceux qui veulent bien m’aimer, je vous remercie aussi !
A bientôt pour de nouvelles aventures !
La braderie commence, ça me fera des sujet!

Je suis un peu desespérée… je voudrais faire de nouvelles cartes.
J’ai trouvé du beau papier pas trop cher.
J’ai tout ce qu’il faut commenveloppe, mais je dois remplacer mes couleurs d’imprimantes.
Ca coute une fortune !
59 francs pour le noir et 39 chacun pour le rouge, le bleu , le jaune.
J’en arrive à 140 francs…
Une vraie fortune.

A 5 francs la carte, ca m’en fait 28 à vendre…
Ca doit être possible ! je vais faire des séries.
Avec un peu de chance, il me reste assez d’encre pour les imprimer.
En plus de celles que j’ai déjà.
Je vais réfléchir à tout ça.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire