SoS Foulques

Décidement ce petit papa foulque en aura vu de toutes les couleurs.

D’abord c’est son petit , à peine éclos qui tombe prématurément dans l’eau.

Bon, on l’a repêché, deux fois, mais ça lui à fait des émotions.

Ensuite attaque de rat et perte de la petite soeur de Micro.

Micro, le fils ainé, l’aventurier qui se porte bien.

Ce n’est pas le cas du papa.

Hier j’ai assisté à cette scène horrible.

Il se débattait, plongeait se retournait dans tout les sens.

Et je le voyais de la rive d’en face sans pouvoir intervenir.

Je ne vous parle pas de l’indifférence des paddleurs…

Qui traverse la rivière, qui auraient pu aider, à condition de faire attention.

Et quand j’ai enfin réussi à en mobiliser un, il a à peine regardé.

Et c’était trop tard de toutes façons.

Papa foulque à pu casser le fil, mais l’hameçon est toujours planté.

J’ai alerté le garde-faune.

J’espère qu’il viendra aujourd’hui, parce que papa foulque ne va pas bien.

Je veille.

si ce soir personne n’est venu , j’irai le chercher moi -même avec mon canot pneumatique.

Vu l’endroit ou il est.

En espérant qu’un de nous le sauve.

J’irais bien plus vite, mais ça à une sacré force dans les pattes, ces bestiaux là. Et je ne sais pas comment enlever un hameçon.

J’aurais peur de le blesser davantage.

C’est moi, la gardienne de cette famille foulque.

C’est ma mission.

Et la nature n’a rien à voir dans ce qui lui arrive.

Seulement un pêcheur maladroit, qui à abandonné son hameçon pris dans les mûriers.

Et les mûres c’est le repas préféré de ma famille foulque.

En même temps, Prisca ne va pas bien du tout.

J’en suis au point ou il faudra certainement prendre une décision.

Mais d’abord, encore, il me faut organiser de quoi payer le vétérinaire.

Prendre les bonnes décisions, agir.. quand tout n’est plus seulement une question d’argent, mais de souffrance de quelqu’un qui est bien plus qu’un animal de compagnie.. un membre de la famille.

En même temps et heureusement il y a mon travail.

J’ai des challenges, des beaux.

Celui de Katia qui m’a envoyé quelques perles  d’un bracelet cassé pour en faire quelque chose de nouveau.

Et celui de Patrick et Nan .

Nan, j’aurai besoin de toute ton aide, toi qui aimait tant la nature comme moi.

Toi qui , j’en suis sure aurait compati aux malheurs de ma famille foulque.

-Mais je compatis !

Je l’entends , Nan, d’où elle est.

Pas que je me croie médium ou un truc du genre.

Non, non.

Mais quand j’étais enfant, mon père m’avait raconté une histoire qui m’a marqué.

J’en avais déjà parlé.

Un père et son fils qui ont communiqué au-delà de la mort.

Et, en gros, ils disaient que si on continue de penser à ceux qui sont parti avant nous, alors on maintiens leur esprit-lumière allumé.

Alors, je fais ça souvent, je m’adresse  à mon père, au père de mes enfants, à Mamie Jeannette… à Sandra comme si ils étaient là.

Pour qu’ils m’aident quand j’en ai besoin.

Nan, je ne la connaissais presque pas, dans cette vie.

Mais chaque fois que je regarde mes orchidées je pense à elle. Et je veux croire que je contribue aussi à maintenir sa lumière allumée.

Même si, elle n’a certainement pas besoin de moi pour ça, vu le nombre de gens qui l’aimaient.

La vie et la mort s’entremêlent…

Et avec ce que je vis en ce moment, j’y pense, forcément.

A ma propre vie.

A ma famille, mes animaux.

A mes amis.

Nous sommes tous importants.

Et c’est pas tout ça, mais il faut que je fasse mon ménage !!!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire