Rattraper le train…

en  marche.

Je saute sur mon cheval, et je galope pour rattraper le train

On dirait que tout ce que j’étais en train de faire : m’habituer à mon i-phone, faire des vidéos, préparer le marché de Noêl , est…

comme un ballon gonflable, qui c’est envolé.

Et que je dois rattraper.

Comme le train.

Comme mes progrès.

Comme mes efforts.

Avec la fatigue, mon cerveau s’est reseter.

Comme un ordinateur.

Et tout est flou.

Empoussiéré.

Alors je cours..

je m’agite dans tout les sens…

Mais courir ne sert à rien… il faut partir à point…

Je n’avais jamais bien compris cette maxime de La Fontaine…

Mais il avait raison Jeannot : partir à point, ça veut dire être prête.

Faire une chose après l’autre, au bon moment.

J’ai des choses à rattraper.

Mon mois n’est pas perdu, j’ai surement appris pendant ce temps.

Mais appris quoi ?

Que la vie à de l’imagination ?

Je le savais déjà.

Qu’on peut compter sur des personnes formidables pour vous aider ?

Ca aussi je le savais déjà, mais j’avoue que ça me pose encore un problème : parce que ce que je voudrais, c’est aider moi-même.

Je vais le faire, j’y arriverai, si j’ai confiance.

Si je continue de croire que la vie est une chaîne.

Pas de celle qui vous emprisonne,

Non, de celle qui vous relie.

Et si on accpete de l’aide, on pourra aider soi-même.

On permet aussi à l’autre d’exprimer ce qu’il est.

La vraie aide, vient de personne désintéressée, qui ont du coeur.

qui savent écouter.

J’ai tellement de chance d’en connaître.

Maintenant, je vais bosser comme une bête.

Parce que j’aime ça, travailler.

J’adore ça , même.

Quand je vais ce qui me plaît.

Et je ne doute pas qu’en continuant, je vais y arriver.

Que peu à peu je pourrai m’acheter ce dont j’ai besoin.

Parce que ma situation de maintenant est très fragile.

La bonne nouvelle, cest que j’ai de quoi me nourrir, mes animaux et moi.

Mais j’ai zéro franc pour investir.

Et pas question, mais alors, vraiment pas question une minute que je retourne aux oeuvres sociales.

Ce serait l’enfer assuré.

Le retour en arrière fatal.

Trouver une organisation qui m’aiderait… perdre mon temps à faire un dossier, à sonner aux portes, sans garantie de succès…

Je ne peux pas me le permettre.

Mon temps est trop précieux.

Non, je vais croire en moi, bosser comme une bête.

Dans la photo, dans les bijoux, et j’y arriverai.

De sur..

Je vais rattraper le train,

sauter assez haut pour récupérer ce ballon qui m’emmènera encore plus haut.

Je peux le faire.

Je suis déjà en train.

J’ai des supers chaussettes pour l’hiver que m’a tricoté Isa.

Et même des guêtres.

J’ai tout ce qu’il faut.

Le marché de Noêl c’est ma chance.

Je ne la laisserai pas passer.

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :