Qui va piano…

Ben voilà…

pourquoi, contrairement à quasi toute la ville munie de queqlue chose capable de photographier.. n’ais-je point immortalisé un des plus beau coucher de soleil de la ville… hein ?

Pourquoi ?

J’ai essayé, mais c’était trop tard..

la douleur me vrillait les nerfs , et de retour des commis, sur ma trotinette, je ne pensais qu’à arriver chez moi, pour me coucher.

Je me suis bloquée le dos cet après-midi. bêtement.

En nettoyant ma terrasse, j’ai voulu déplacer une plante.

J’ai tiré sur le tronc.. et j’ai senti ma colonne vertébrale s’allonger de deux centimètres.

Crac…

C’est l’effet que ça m’à fait, mais ça devrais être autre chose…

A cause de la douleur intolérable qui a suivi.

Et c’était 17h50… je le sais par ce qu’il me restait10 minutes pour faire mes commis chez Aldi.

Je prends ma trott, pliée en deux.

J’ai pas le choix.

Si j’arrive trop tard, ça ferme et la Coop est ouverte, mais deux fois plus chère..

Donc j’arrive là-bas,

Et voilà que les deux vigiles me repèrent.

Un des deux me demande si ça va.

Je dis ce qui m’arrive, en m’accrochant aux rayons pour ne pas tomber.

Il compatit.

J’essaie de faire mes courses.

Un monsieur sympa m’aide à attraper une boîte d’ananas trop haut.

J’arrive à peine à ouvrir les bacs de congélation.

Rapido., ça ferme dans 5 minutes.

Et voilà que le deuxième vigile arrive vers moi.

Avec des conseils d’exercices pour me rétablir,

Voilà qui fait plaisir.

Voilà qui montre dans quelle ville on vit.

Une ville ou les gens photographient le ciel quand il est beau.

Une ville où les vigiles compatissent et essaient de vous aider à aller mieux.

Bien sûr on peut sortir tout un tas de trucs moins reluisants.

Mais je préfère remarquer ce qu’il y a de bien..à Bienne.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire