Quand les fées veillent

A l’entrée de notre tente, les petites fées adorables de Pierre semblent garantir notre sérénité.

Ce matin , j’étais presque à l’heure, quand mon dos a essaé de m’empêcher de sortir.

Mais j’avais trop envie d’y aller.

Tout ces compliments sur mon travail , c’est tellement motivant.

J’ai même décidé d’abandonner l’idée de faire frire la mamie tricoteuse :

après tout, pour être si méchante, il lui fallait peut-être une mauvaise vie…

J’adore faire le marché de Noêl.

C’est étrange, mais la douleur s’en va, progressivement au cours de la journée.

Et le temps passe vite.

Mais il faut que je dorme.

A  cet après-midi, je me réjouie de vos visites !

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire