Quand la montagne vient vers vous…

Nous les autres humains, sommes , quand même hyper-complexes.

Plus j’y pense et plus c’est clair :

Je suis une sorcière.

Ma passion pour les chats, les plantes, les pierres…

Aucun doute.

Je suis une sorcière

Une sorcière indépendante.

Pas question d’enfourcher mon aspirateur et de voler en groupe !

si j’avais vécu, il y 100 ans, on m’aurait trouvé dans une cabane dans la forêt,

ramassant les plantes, et concoctant des élixirs guérisseurs.

Et on m’aurait certainement pendu.

Je suis donc contente de vivre en 2019.

Pas dans la nature, mais presque.

Le lac et la for^t sont tout près.

Je trouve de la chélidoine fraîche autour du château,

et j’ai une terrasse pour faire pousser mon persil.

Bon je rigole, mais, je sais que j’ai un don.

C’est fou, la Suisse on est tellement programmé à etre modese, ,

dire ses qualités passe pour de la vantardise.

Alors je vais le dire comme ça.

J’ai de la sensibilité.

Même de l’hyper-sensibilité.

Ce n’est pas forcément un cadeau total.

On ressent tout nous qui sommes ainsi,

tout,

trop.

Les conséquences sont extrêmes.

Du bon et du mauvais côté.

Franchement, pendant longtemps, j’aurais donné cher pour être « normale ».

Pour moins ressentir les choses : les sentiments, les blessures des autres.

Pour donner un exemple : si quelqu’un nous dit « bonjour » un peu sèchement,

ça nous perturbe toute la journée.

Pour une personne  dotée d’une sensibilité normale, il est difficile de concevoir ce que ces mots veulent vraiment dire.

Je vais essayer.

D’abord, on se sent vide.

Ensuite mal à l’aise.

Et ça commence.

On s’interroge, on culpabilise.

On se remets en question.

Quelle ignoble larve dois-je être, pour être traitée ainsi ?

Auto-flagellation ?

Non, non, on n’y peut rien.

C’est ainsi.

On subit, et on n’y peut rien.

Seul le temps, l’exercice, voir la thérapie, permettent de relativiser.

Alors, imaginez, maintenant, si pour un bonjour un peu sec, de quelqu’un qu’on connaît à peine, on se met dans des états pareil, imaginez

donc, comment on supporte une rupture, un chagrin d’amour ?

Certains parmi nous s’abstiennent de toutes relations,

pour éviter la douleur.

Pour tenter de l’évier.

Car les sentiments … pour vraiment ls éviter, il n’y  qu’une seule façon.

Voilà donc pour les mauvais côtés.

Mais dans les bons, heureusement, et ç’est ce qui devrait nous permettre de supporter l’envers de la médaille, il y a des facultés extraordinaires.

On ressent si bien les choses ,qu’on les ressent en avance.

On ressent les animaux, les gens, les plantes, les pierres aussi.

Je fais des rves prémonitoires, j’ai des flashs concernant mes proches.

Parfois, une réponse lumineuse s’inscrit dans ma tête.

Je ne fais rien sur commande.

Ca vient ou pas.

Je pense qu’on est tous capable de ça.

Après c’est une question de sensibilité.

De confiance.

D’attention.

Depuis la fin de l’année, quelque chose a changé

Les perles sont arrivées.

De manière particulière, comme si elles m’étaient destinées.

Que c’était ma voie.

Déjà, je m’éclate.

Les premières, c’étaient à la Coop.

J’étais là au bon moment et j’ai pu investir ce qu’il fallait pour recevoir beaucoup

J’ai bien pensé qu’elles se mélaneraient bien avec des perles en pierre.

Celles qu’on appelle semi-précieuse.

Comme celles que vends Régine au marché.

Comme celles utilisées par Claudia dans ses créations.

Et voilà que Claudia me fait ce cadeau merveilleux.

Il est arrivé par la pose, le jour de mon anniversaire.

Un paquet rempli de pierres.

Vous avez bien lu.

Claidia et moi, on ne se connnait qu’à peine .

Mai elle à vu mes efforts, et c’et aussiune personne spéciale.

Il faut l’être pour envoyer un trésor pareil à une inconnue.

Je n’auris jamais pu rêver d’avoir autant de pierre d’un coup….

Ca me donne une telle énergie, une telle motivation,

je n’arrête plus depuis.

Je trie, je rang, je m’organise et je produis.

Et ça plait.

Je reçois des commandes, alors que je n’ai pas encore mis de prix, ni fait de page.

Mais ça va venir.

Là, déjà, je fais plaisir à mes copines.

Je commence à étudier la lithothérapie.

Wikipédia explique avec pleins de quillements que c’est « une sort de médecine » qui « prétends  » guérir par les pierres.

Alors qe c’est un fait scientifiquement avéré, que toute matière émets de l’énergie.

Q’on peut capter, mesurer.

Après, comme dans tout, il y a des courants, des façons de faire, d’interprêtrer.

De purifier.

Je vais vers la logique, vers ce qui me parle.

J’ai acheté de l’eau déminéralisé, pour les nettoyer,

je les recharge au soleil.

Enfin, celles qui en ont besoin.

Bref, ça me passionne.

Et quand je découvre que la pierre  choisie au hasard parmi des centaines,

correspond particulièrement aux besoin de la personne destinataire du collier… je suis contente.

Et puis, si je peux aider en prime, c’est génial.

Il y a des tas de façons d’aider ou de faire plalsir.

Faire plaisir .. fait plaisir.

Ou bien ?

Conclusion : mon coté suisse m’empêche de dire que j’ai des dispositions de guérisseuse.

Et mon côté français s’en fiche :).

Avec tout mon coour

 

,

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire