Positive !

Le corps humain est étrange.

Me voilà avec une double fracture en forme de croix à l’humérus.

Et ça ne fait pas vraiment mal.

Si je n’étais pas oblgée de garder mon bras immobile, ce serait même tout-à-fait vivable.

Mais voilà, on dirait que jen’ai pasd encore compris la leçon et la vie en rajoute uune couche.

Me voié avec un syndrome du canal carpien.

De l’autre côté.

Ce n’est pas grave, ça devrait passer.

Mais p…. que c’est chiant.

Ma main pends misérablement comme un ou de cygne.

C’est joli un cou de cygne.

Ca l’est moins quand on parle de son poignet.

Je me sens comme une handicapée.

Je suis handicapée.

Impossible de bouger mon poignet.

Je sens mes doigts, mais tout devient difficile à faire.

Et mon bras fracturé fonctionne mieux que l’autre.

 

Ca me complique la vie.

Mai voilà, il y a de la solidarité.

J’en trouve auprès de gens qui compatissent.

Même des gens étonnants, comme ce garçon qui traine à la gare à la recherche de quelques francs.

Je lui ai dit que si il m’aidait à faire mes commis, je lui donnerai , ma monnaie.

Mais presque rien.

1 franc ou deux.

Il était ravi.

Mais d’abord, il fallait que je passe à la poste.

Il m’a accompagnée.

J’y vais souvent à la poste.

Je n’ai jamais ressenti de mépris, avant.

Le comportement de la personne qui m’a servi était tellement méprisant.

Pas de bonjour, l’air dégouté de devoir toucher à mon paquet,et sa façon de se détourner pour ne pas devoir nous regarder, ni nous dire au revoir. était tellement ridicule

que ça ne m’a pas touché.

Chez Aldi par contre, le caissier était charmant.

Sans l’aide du jeune homme je n’aurais pas pu prendre mon article en rayon.

Je lui ai donné ma monnaie.

Et l’idée qu’il aurait pu profiter de la situation ne m’a pas effleurée.

Ca aurait été tellement facile.

En conclusion, la bonté et la compassion d’une personne se voit dans les moments ou on est vulnérable.

Se laisser abattre par le mépris, c’est une tentation.

Mais quand on remets les choses en place, celui ou celle qui est le plus à plaindre, est davantage la méprisante que la méprisée.

 

J’aurais pu rester couchée.

Mais non,

Je me bouge, je fais ce que j’ai à faire.

Vulnérable, mais forte.

Une vraie biennoise.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire