Plaisir d’offrir, joie de recevoir

Franchement, pourquoi choisir ?

Moi, j’aime les deux.

Offrir une portion des meilleures frites de la ville à votre amie Isa ;

au Logo Lodge, patates régionales, texture aérienne, assaisonnement parfait : une tuerie),

Avec un thé bio et sa min-pâtisserie… tout ça au coucher de soleil…

Ben honnêtement c’est le double plaisir.

Surtout quand votre amie vous laisse les trois quart des frites.

Constater le changement miraculeux de sa petite chienne Bimba,

survivante de la rue, arrivée apeurée et traumatisée.

Maintenant, elle repose sur les genoux de sa sauveuse , sereine,

même si elle a pas droit aux frites, avec un regard d’amour dans son oeil unique.

Petite Cyclope canine, tranquillisée et sage, comme si elle avait toujours été une chienne biennoise bien traitée.

Ca m’épate à chaque fois.

Recueillir un chien multi-abandonné, c’est déjà beau.

Le prendre âgé, encore plus.

Malade et souffrante comme elle était, davantage encore.

Apprendre , en partant de zéro, comment gommer ses angoisses,

supporter ses traumatismes,

à coup d’amour dans sa mignonne gueule de chien lutin aux oreilles-radars.

C’est beau, c’est le miracle de l’amour.

Du coup, on y croit à cette force surhumaine qui l’accompagne.

J’ai besoin de constater pour croire.

Voilà un excellent exemple.

A part ça, c’était dimanche, là nous sommes lundi et je me mets à bosser intensivement pour la saison des cartes , plus le marché de Noël.

Je pense bien que mes amies et clientes habituelles, qui sont pratiquement les mêmes, ne vont pas faire le déplacement jusqu’au canton de Vaud.

Comme toute l’année, je continue de me mettre à disposition sur rendez-vous, pour vous présenter mes bijoux à la maison.

Vous comprendrez que je ne veux faire ça que pour les personnes que je connais.

Personnes qui peuvent venir accompagnées de quelqu’un que je ne connais pas, là c’est autre chose.

Pour les autres, qui vivent loin, qui ont un emploi du temps de ministre, ou qui me découvre, il y a le monde magique d’internet.

Sur ma page Facebook -: Création Cat Bergeon de Bienne https://www.facebook.com/CatBergeondeBienne

 

Pour les cartes, c’est sur ma page Facebook Première Scéance Agency https://www.facebook.com/Premieresceance

Voilà, un peu de pub ne peu que faire du bien.

Je vous remercie par avance de vos commandes.

Pour l’année prochaine j’ai de grands projets, et pour cela, il va me falloir un nouvel ordinateur.

Je travaille actuellement sur l’ancien ordinateur de mon fils.

Il à fait son temps.

Chaque jours de fonctionnement en plus est comme un cadeau du ciel ,

un miracle technologique.

si je l’éteint, j’ai peur qu’il ne veuille plus jamais se rallumer.

Il m’a déjà fait le coup, une ou deux fois.

Sans l’intervention de mon voisin spécialisé, je serais dans le noir…

Mais ne vous inquiétez pas, j’ai de la ressource, rien ne m’empêchera de faire mon travail, tant qu’il y aura de l’électricité!

Et même si il n’y en a plus.

Ce qui serait assez fastueux… mais pas impossible.

On ne le dit pas assez, mais nous les Suisses, on a pas de pétrole, parfois des idées, mais surtout, nous avons de la ressource.

De l’inventivité, de la créativité.

Souvent, on ne s’en rends même pas compte, tant nous sommes aveuglés par cette fichue modestie typiquement helvétique qu’on nous inculque dès l’âge du biberon.

Modestie qui ne nous sert pas à grand chose, qui nous dessert même,

Mais les temps changent.

De plus en plus de gens décident d’arrêter un travail insatisfaisant pour oser se lancer dans l’activité de leurs rêves.

même si ça paye moins.

Parce que , je l’ai toujours pensé, mieux vaut un balayeur heureux, qu’un ingénieur dépressif.

Non ?

Sur ce, je vous souhaite une excellente semaine.

Je vais tenter de faire, moi-même un bulletin de versement.

Puisqu’on ne peut plus les remplir comme avant…

Non, non, il faut un QRcode… et créer soi-même son propre bulletin, si on en a pas.

L’imprimer ensuite.

Mais comment ils font les gens qui n’ont pas d’ordinateur , si d’i-  phone, ni d’imprimante ?

Comme si c’était évident ?

Sans compter le gêne de ne pas savoir faire ..

On à bien une petite brochure explicative, mais il faut les instruments.

Partir du principe que chaque suisse manie suffisamment bien la technologie pour y arriver, et à les moyens de le faire, c’est d’un égoïsme transcendantal.

C’est surtout ignorer la réalité de Suisses pauvres, qui ont loupé le coche du progrès et n’ont pas les moyens de le rattraper.

Autant j’adore le progrès, autant je déteste ceux qui ignorent, par mépris, indifférence, ou ignorance, la réalité d’une partie de la population.

Si je faisais de la politique, je récupérerais tout les crédits inutiles , genre les prospectus qu’on imprime juste parce qu’un jour on a décidé qu’il en fallait, les sommes astronomiques allouées à des artistes qui ne sont mêmes pas biennois pour qu’ils viennent se déshabiller chez nous…

je les récupérerais pour que chaque biennois aient droit à la formation et les appareils qui vont avec.

Voilà.

Bon, je vous laisse, j’ai besoin de mon cerveau pour faire un bulletin de versement.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire