Phanee de Pool et le Sphynx

Je me souviens l’avoir vu passer, sanglée dans son uniforme de policière,
qui, il faut dire, lui allait très bien, j’ai cru à un gag.
Vu que la fois d’avant, elle présentait le téléjournal sur télébielingue.
Je l’adore Fanny, elle est géniale.
Belle,indépendante.
Quand on connaît ses parents, elle ne pouvait être que comme ça.
Sa mère, artiste sur marionnette, entre autre et son père, tout un poème aussi, sa passion pour la musique, le cinéma ( un peu plus, il restait à Hollywood).. et Grock.
Les grands.parents… lui qui faisait les meilleures truffes de la ville et
elle, qui les vendait, mais qui ne les mangeait pas.
Elle était tellement mince et élégante, quand elle préparait pour moi un mélange de ces délices… c’était une sorte de rituel.
Elle choisissait le cornet, le ruban, ça devenait une oeuvre d’art, et je retenais ma respiration.
Une blanche, une noire, une chocolat au lait, et mes préférées, roulées dans le sucre glace, avec une pointe d’alcool.
Elle en rajoutait toujours deux ou trois, elle savait qu’elles étaient pour ma mère.
Mes parents et les grands parents de Fanny étaient amis.
Je me rappelle de l’avoir vu, tout bébé.
Après, je l’ai vue grandir de loin.
Je ne peux pas dire que je la connais vraiment.
Mais c’est comme ça, quand des éléments d’une famille sont proches, alors, on connaît les autres, sans les connaître vraiment.
Fanny est la concentration de ses parents.
De leur amour, de leur beauté, de leur intelligence.
Dans cette famille qui connaît aussi la souffrance d’une disparition terriblement tragique,
et tellement injuste, elle ne pouvait être qu’exceptionnelle, Fanny,
Comme le fuit d’un croisement d’espèces rares : elle était prédestinée.
Elle à tracé sa propre route.
Maintenant, elle est en train d’émerger.
cette année, c’est son année.
Reconnue, applaudie, nominée.
Aimée pour sa simplicité, son côté direct.
son sourcil qui se lève, tout seul, et son petit sourire en coin.

Comme Nike, elle est son propre symbole, avec deux expressions,
Elle se présente, cheveux tirés en arrière, les magnifiques cheveux de sa mère,
presque cachés, peu ou pas de maquillage, un veste en jeans… simple.
j’aime ses textes, à base d’image.
J’avoue que je ne connais pas trop sa musique, mais il me semble évident que ce qu’elle fait est bien.
Je pense qu’elle n’est qu’au tout début et comme un très bon plat, dont tout le ingrédients sont parfaits, elle sera encore meilleure en laissant mijoter.
Le rapport avec le Sphynx ?
Ah oui, il y en a un.
Mais je n’en ai aucune idée pour l’instant.
Ma fille en revient.
D’Egypte
Elle m’a rapporté cette photo, prise avec mon appareil,
Malgré la dégradation, je devine les traits du visage.
Un beau visage, avec des airs de noblesse africaine.
Etonnant.
A force de le voir, stylisé, utilisé, je ne savais pas qu’il était aussi beau.
Il faut l’imaginer, recouvert de plâtre peint en rouge.
Avec l’espèce de coiffe à rayure bleu et jaune.
Il devait avoir une sacré allure.
Ensablé, désensablé.

Avec des éléments rajoutés au fil du temps.
Il a plus de 4000 ans.ou suivant d’autres théorie, bien plus encore…
Pèse plus de 20000 tonnes
On sait qu’on ne sait pas grand chose au final sur ce grand machin.
Son visage est surtout beau de profil, de face, il a été défiguré.
Là aussi, on à des théories dont la plus crédible serait l’acharnement d’un certain Mohamed qui ne supportait pas qu’il serve de Dieu aux paysan locaux.

A priori aucun rapport avec la talentueuse Fanny…
Mis à part, un petit côté mystérieux.

Efin bref, pour l’instant le seul rapport que j’ai , c’est d’en entendre parler le même jour, mais je ne crois pas aux coïncidences.
J’aimerais rencontrer Fanny, j’ai une super-idée de photo
En attendant, j’attaque « Monster » une nouvelle série nordique, extrêmement bien foutue, comme je les aime.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire