Paris brûle-t-il…

Le feu c’est comme tout :

une question de proportion.

Il est mon amis quan dans mon foyer, il répends sa douce chaleur.

Et mon ennemi quand il détruisait.. il y a qq longues années, mon autre foyer.

Foyer.. d’ailleurs, le mot veut tout dire.

Pourquoi je parle de l’incendie de Notre-dame ?

Qu’est-ce que ça à voir avec Bienne ?

Notre regard sur le monde, voilà tout, en général et sur cette France qui nous touche, géographiquement et notre coeur aussi.

Beaucoup de biennois sont allés à Paris, ont visité Notre-Dame, ou comme moi, l’ont vu de loin, avec sa silhouette compliquée, inimitable.

Comme beaucoup aussi, nous connaissons le livre de Victor Hugo, et tout le monde connait  Esmeralda et Quasimodo, depuis la comédie musicale qui est tirée de cet ouvrage.

-Beeeeeeelllle

Oui, c’est ça.

Grâce aux infos, j’ai appris deux trois trucs que j’ignorais sur la Cathédrale, et pourquoi elle est si importante.

Mais d’abor, comme chaque fois que j’écris un article, je vais vérifier mes infos.

-Tu te crois plus intelligente que les journalistes ?

(vous remarquerez que j’ai réintroduit la voix « off », si ça peut aider à rendre mes articles plus clairs, c’est tant mieux. Sinon, j’aurai au moins essayé 🙂

Alors non, par contre, un docu très intéressant sur la question passe bientôt sur Canal, ou comment les journalistes qui ne vérifient pas leurs sources peuvent se faire avoir.

Alors j’ai voulu vérifier si , comme le disait un historien passionnant, la cathédrale avait été créé à la base pour être le reliquaire de la St-Couronne…

Couronne d’épine du Christ, que St-Louis, le Roi, s’était procuré en marchant à pieds nus et en haillons jusqu’à de lointaines contrées.

Ensuite, tombée en disgrâce pendant la Révolution, c’est le livre de Victor Hugo qui l’aurait repopularisée.

Eh bien, il semblerait que ce soit un peu plus compliqué.

Certains ont le gout des raccourcis.

Moi, j’aime les histoires , dans l’histoire.

Ca m’a donné envie d’en savoir plus, sur St-Louis en particulier, vu que je connais déjà, plus ou moins le grand Victor.

Il est vrai qu’à cette époque, il avait déjà une popularité qui lui valut des funérailles nationales.,, mais pas à Notre-Dame.

Ni dans aucune autre église d’ailleurs.

Notre-Dame à survécu.

On en pale comme d’une personne,une figure maternelle.

Ce qui m’a le plus touché, ce sont les femmes et les hommes qui chantaient.

Même si je n’aime pas la religion.

Ca m’a ému.

 

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :