oeil pour oeil

Oeil pour oeil

 

Ca y est, je l’ai fait.

Franchement,, j’ai failli partir dans les premières secondes.

Le regard sur moi du policier…avec mes habits de chantier,,,

Mais j’étais décidée.

Je ne me suis pas déguisée en femme respectable,

Je suis un femme respectable.

Quel que sois mes vêtements, le respect en Suisse est un droit .

Et personne n’a celui de m’insulter.

Porter plainte c’est long.

ca commence par un questionnaire.

Le policier en charge jauge votre légitimité.

Avec des questions.

Je réponds avec la sale impression d’être coupable de quelque chose.

Ca ressemble à un interrogatoire.

Il faut croire que j’ai passé le test, malgré tout.,

Puisqu’on en arrive enfin au moment de la plainte.

Ca a duré deux heures.

Vraiment deux heures, surement même plus.

Je me rends compte que la procédure est fastidieuse pour le policier aussi,

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’est pas très délicat.

Et puis, peu à peu, il s’adoucit.

Je réponds le plus clairement et rapidement possible.

Il comprends très bien la situation.

Et Lorsque je relis ma déposition, c’est tout à fait ça.

On verra bien.

Je précise parce que certain n’ont pas compris, ce n’est pas contre mon propriétaire que j’ai porté plainte.

Pour l’instant, on a réussi a calmer le jeux.

C’est mon voisin du dessus dont je parle.. architecte tailladais, qui fait des économies en vivant comme un pauvre.. déplace la poussette pour mettre sa planche à voile, et me traite sans aucun respect, pour des raisons totalement obscures qui feraient les délices d’un psy.

Aujour’hui c’est très dur.

J’ai pu payé mon amende, en partie ce sera grace à mon travail.

En partie grâce à un prêt .

Tout ce qu’on m’a donné c’est 15 frs.

Je vois que ça énerve du monde que j’obtienne de l’aide..

Mais ça n’a aucune importance.r

Aide que je n’ai pas demandé, soit dit en passant.

J’ai expliqué ma situation, après les gens réagissent comme ils veulent.

Croyez bien que je préfère être dans le camp de ceux qui peuvent aider.

Dans le fonds , je le suis aussi, on l’est tous : on a tous quelque chose à apporter.

Des connaissances, du temps de l’énergie.

Le temps est ce que j’ai de plus précieux.

Chaque jour ou presque depuis des années, je me lève, et je pars en chasse pour assurer les besoins de ma famille.

Je ne sais pas comment j’ai trouvé en plus la force d’écrire et d’apprendre la photo.

Je l’ai fait pour survivre.

Pour mon plaisir qui est devenu aussi celui des autres.

Arriver à en vivre c’est mon but.

M’occuper de mon fils, parce que personne d’autre ne veux le faire, c’est aussi une question de survie, la sienne.

On m’a bien fait sentir que je devais assumer, mais j le ferais de toutes façons.

Par contre, les économies que je fais faire à la société en servant d’institution bénévole.. ne me reviennent pas.

Non seulement je ne reçois rien, mais je paye , en plus,

Son AI a été réduite à moins de 300 francs par mois. Pour des histoires de partage de loyer.. pour que leurs comptes soient à jour, mais la réalité de sa situation… n’a aucune importance.

Alors je vais me donner encore plus de peine pour ne pas juger les autres, pour ne pas leur dire comme il « faut » vivre.

Parce que je ne supporte pas qu’on le fasse sur moi.

Je vois mes erreurs, j’essaie de les corriger.

J’avance, encore et toujours, avec mes moyens.

C’est vrai que j’ai besoin d’aide.

Maintenant que je ne suis plus aux oeuvres sociales, , je n’ai plus ce poids d’être aidée par des gens qui travaillent et n’ont pas forcément envie de contribuer à ma survie.

Ceux qui m’aident le font par choix.

Leurs motivations sont personnelles, souvent très différentes.

Mais ils sont libres.

Ils peuvent être fiers, même si personne ne le fait pour ça.

Je leur en suis reconnaissante, parce que sans eux, je ne serais plus là pour en parler.

Aujourd’hui c’est très dur.

J’ai commencé par nourrir les animaux, mais je devrais trouver de quoi le faire pour les jours qui viennent.

Je manque de tout, sac à poubelle, vignette, et électricité à payer..

Manger ? bien sur, il faut manger.

-Du Riz et des pates ? on en a , merci. Je suis bien contente d’avoir au moins ça… mais j’ai besoin de fruits frais.. de vitamines… de manger avec plaisir.

Si je fais mes comptes, il me faudrait bien, le prix d’un shooting.

J’espère qu’aujourd’hui quelqu’un aura la bonne idée d’en vouloir un et de venir me le payer.

Je travaille dur très dur , le jour et la nuit, pour m’en sortir et un jour je n’aurai plus besoin d’aide.

Un jour , j’aiderai, moi aussi.

Je me réjouie déjà !

Oeil pour oeil, c’est aussi ça.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire