Notre Hôpital

Franchement, il est beau notre hôpital.

De là, on a une superbe vue.

 

J’ai passé la journée là-bas.

Depuis notre arrivée aux urgences,  je n’ai pas compté, mais  ma mère a eu droit à toutes les attentions possibles.

Ca défilait dans sa chambre, tous plus gentils et attentionnés les uns que les autres.

Compétents, efficaces, presque un plaisir.

Pas trop d’attente.

Comme si ma mère était la seule patiente importante.

Du coup, on se détends.

C’est là que sort, tout seul, ce que j’appelle notre esprit du Prévoux.

Eux, ils l’ont tous, là-bas.

Et moi je l’ai transmis à mes enfants.

C’est notre façon de démystifier.

De rigoler pendant les enterrements.

De ne pas se prendre au sérieux.

Alors, pour passer le temps, on regardait les jolis infirmiers.

Et puis, le docteur est arrivé.

Il avait l’air un peu.. comment dire…

L’air d’un type qui viens de passer un sale moment et qui ne s’en est pas encore remis.

D’abord,  il fait ses examens.

Il a pris la décision de ne pas faire de scanner.

J’aurais aimé, pourtant, parce qu’elle s’est cogné la tête en tombant.

D’ailleurs, elle avait un peu de la peine à répondre aux questions.

Elle n’a pas compris non plus quand il lui a demandé si il fallait la réanimer,

en cas de crise cardiaque.

D’abord, ma mère n’a aucun problème cardiaque.

Mais ça peut arriver à n’importe qui, il parait.

Admettons.

Mais aucune intervention  n’est prévue,  et il venait de juger la situation ,

en disant qu’elle pouvait rentrer à la maison.

Alors pourquoi cette question ?

Histoire de protocole ?

Mais le plus bizarre c’est sa réaction  à lui, après.

quand,  elle à enfin compris et donné sa réponse *oui, oui, je veux vivre*

Il en a rajouté une couche :

-Vous savez, c’est une procédure lourde, agressive .

on doit obliger  un coeur à battre.

En même temps, il fait des gestes, comme si il allait lui briser trois côtes en pratiquant la réanimation.

Il est tellement explicite, que  je  l’imagine en train de mourir sur la table d’opération,

On recule, 3, 2, 1….

Il insiste encore.

Dans ces yeux, je vois  c’est du vécu.

On dirait qu’il veut lui faire peur.

Je vous assure, j’éti choquée.

Ma mère pas trop.

On venait de lui filer un calmant , donc elle ne réalisait pas vraiment.

Elle se contentait de faire ce qu’elle fait d’habitude :

« bonne impression ».

Mais elle était à côté de la plaque.

On a du insister pour qu’elle puisse rester quelques jours.

Histoire de tranquilliser tout le monde.

Vu qu’après sa chute, les contusions sont devenu douloureuses,

et l’empêche de  se déplacer normalement.

La, il me regarde comme si j »étais un monstre

abandonnant sa sainte mère.

Mais la sainte mère n question ne peut plus se déplacer,

à cause des  contusions douloureuses.

Alors quoi ?

On devrait se relayer pour la porter aux toilettes et la veiller le reste du temps ?

Jusqu’à ce que les contusions passent en espérant que le mal de tête  ne cache pas quelque chose de plus grave.

A 86 ans…

Enfin bref, elle va rester.

Je suis crevée.

Depuis samedi j’essaie de dormir, mais chaque fois quelque chose se passe et je ne peux pas.

Et les travaux devant chez moi, avec enfoncement des piquets de fondation, dans un bruit infernal recommence dès le matin  tôt.

Là, je vais essayer de dormir.

Interdiction de me réanimer

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire