Mariage de Lily et Serge

Mariage de Serge et Lysiane

 

Chaque mariage est différent..

Mais ceux que je photographie ont tous un point commun, ce sont de vrais mariages d’amour.

Pour l’animation, je partage avec le marié une certaine aversion pour les jeux qui ridiculisent les gens, en particuliers.

Il n’en voulait pas pour leur mariage, c’était clair, et ça m’arrangeait bien.

Si ça avait été le cas, quelqu’un d’autre aurait très bien pu s’en occuper.

Pour moi, le mariage idéal, c’est celui ou les gens sont libres.

Libre d’aller et de parler avec qui ils veulent, de prendre un moment pour s’éloigner, pour discuter, ou simplement profiter de l’ambiance .

Je ne vois pas pourquoi il faut absolument occuper les gens, comme si c’étaient des gamins qui ne savent pas quoi faire.

Par contre, avoir un peu d’animation, c’est cool.

Comme le lacher de ballon, ou les questions aux mariés pour voir si ils se connaissent bien, l’idée d’Eliane.

C’était sympa, Serge à fait un effort et personne n’a souffert , au contraire, les gens ont bien ri.

Moi ce que je voulais, surtout, c’était leur organiser une entrée mémorable.

Et ça, ‘c’est le plus difficile.

Parce que l’émotion ne s’achète pas.

On peut mettre en place les éléments pour la créer, mais en aucun cas ne pourra en acheter.

Ni forcer les gens à la ressentir.

Alors, j’avais imaginé une entrée.

Toute simple apparemment, mais pas tant que ça au final.

Surtout que je n’étais pas là pour la mettre en place, puisque je devais suivre les mariés à l’Etat civil.

Et qu’en plus, une espèce de cerbère en noir donnait des contre-ordres, et j’ai du récupérer des invités jusqu’au fond du parc.

Alors que les mariés arrivaient.

Et lorsqu’ils ont fait leur premier pas, a musique d’Armelle sur son beau piano turquoise à retentit.

Le thème de leur chanson, qu’elle à adapté et appris pour l’occasion..

. il y avaient mes amis vêtus en Templier avec de vraies hallebardes d’époque, et juste après, les frères et soeurs des mariés , les invités, qui formaient une longue haie d’honneur-

Les pétales de roses et les bulles distribuées volai net dans l’air à leur passage.

Le visage de la marié à pris cette expression d’émotion que j’avais déjà vu à l’Etat civil,

Et soudain, comme une vague, elle à traversé l’assemblée, et tout ce qui à un coeur fut touché

aux tréfonds.

Moi aussi.

Ca m’a pris à un point que je n’attendais pas.

J’étais si heureuse aussi que ça soie réussi.

Ils se sont retourné , et ont remercié tout le monde.

c’était beau, noble, simple et magique en même temps.

Mais surtout, le plus important, c’est que cette émotion vraie continuait tandis que les invités venaient embrasser les mariés.

Alors Merci Gus, merci Martin, Merci Nicole, merci les frères et soeurs qui ont joué le jeux et merci tout le monde.

Même le cerbère qui eut la bonne idée d’amener le cocktail de bienvenue.

Et là, j’entends une voix qui dit : « dommage, c’était court ».

Alors je n’ai pas vu qui c’était, mais franchement.. t’en a vu beaucoup des haies d’honneur dans ta vie ?

Moi si, je les collectionne, depuis que je fais des mariages.

Tiens, dans la dernière, il y avait même des tronçonneuses

Curieusement, alors que ça à duré à peine qq secondes, personnes n’a râlé… peut-être justement à cause des tronçonneuse.

Si j’en avait eu une entre les mains à ce moment là.. on aurait eu du carpaccio en entrée…

C’est si facile de critiquer.

Surtout quand on ne fait rien.

Mais bon, quand le père de la mariée est venu me remercier pour mon boulot, ça m’a fait tellement plaisir.

Je ne crois pas qu’on puisse s’imaginer ce que j’ai subi en parallèle de l’organisation express de l’animation du mariage.

J’ai fait de mon mieux pour assurer quand même.

Parce que c’était trop important.

Et j’ai réussi, je trouve vraiment que j’ai réussi.

C’était chouette, c’était beau.

Je n’en ai pas vraiment profité.

J’ai fait des photos, des centaines de photos.

Toutes celles qu’on me demandait, et les gens ne se sont pas génés pour le faire.

Et ça c’est bien.

Alors bien sur, j’aurais pu mieux faire encore.

Mais le tempos minimal.

Les imprévus privés et public…

Je vous dis, honnêtement, je n’en pouvais déjà plus pendant la semaine, tellement je m’en suis ramassé plein la figure.

Mais j’avais décidé de garder confiance.

J’avais décidé que la bonne volonté primerait sur la mauvaise.

Ah oui, je pourrais vous en parler de la mauvaise.

Mais ça serait faire trop d’honneur à qui ne le mérite pas.

Alors je repense à la bonne.

Ma fille qui a assuré toute la journée.

Le mari d’Eliane qui a vu que j’étais crevée.

Un sacré bon type ! qui a assuré la relève avec une poigne tranquille, juste la perfection.

Franchement j’aimerais bien en avoir un comme ça dans ma vie.

Mon ami Martin et Gus qui sont venu pour m’aider.

Pierre qui a prêté son stand et ses affaires, et Eric qui est venu le tenir.

Nicole qui m’a aidé aussi à organiser la haie d’honneur.

Ma Coco qui s’est levé tôt pour amener mes affaires.

Ma soeur qui les a ramené.

Et ma chère Maud qui est venue avec moi au musée de la Contrebande, prendre des armes authentiques et des objets prêtés par Lucien.

Merci Lucien, la visite privée de son fantastique musée, c’était un moment inoubliable.

Voilà pourquoi j’ai aimé préparer ce mariage, enfin ma part de ce mariage.

Et que j’aimerais continuer à en faire d’autres.

Mais spécifiquement, j’aimerais organiser toutes sortes d’évent.

Des anniversaires, des fêtes.

Parce que je sais maintenant sur qui je peux compter ou pas.

Mais surtout, je sais que je peux créér une émotion.

La mauvaise volonté n’aura pas sa place.

La jalousie et la bêtise non plus.

Tout ce que je me souhaite, c’est de mettre à profit tout ce que j’ai appris .

Et de faire travailler les gens que je connais qui ont du talent.

Je veux mettre en place sérieusement mon entreprise.

J’aime travailler avec les gens de bonne volonté, unir nos efforts pour un résultat commun pour faire plaisir à d’autres personnes.

Voilà ce que je veux faire.

Pouvoir dénicher le groupe de rock qui convient, faire travailler celle qui fait si bien la cuisine….

Préparer un pic-nic d’amoureux surprise au sommet d’une montagne.

Lacher des colombes…

Parce que vous avez tous un talent qui peut servir-

Ce qu’il me faut c’est des fonds, pour lancer mon entreprise.

Mais si c’est bien ça que je dois faire, alors ça viendra.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire