Ma Rose

Tel le petit Prince, j’ai trouvé ma Rose.

Comme la sienne, la mienne ne ressemble à aucune autre.

Elle sait écouter, ne pas me couper la parole.

Et pour moi, avec ma mèmoire de poissons rouge qui ne sait plus ce qu’elle voulait dire si on l’interromps, c’est préceiux.

Très.

Mais ma rose n’a pas besoin de m’écouter pour que je me sente en confiance avec elle.

C’est une belle personne, dans tout les sens du terme, quelqu’un de bien.

Et je remercie le ciel qu’il l’aie fait entrer dans ma vie.

J’ai de la chance.

Des fleurs, j’en ai tout un bouquet !

Une passiflore flamboyante et fascinante.

Une marguerite, simple et résistante, et si sage aussi.

Un coquelicot, qui pousse dans les champs, et ne supporte pas qu’on le coupe.

et même

Un cactus qui fleurit rarement, mais donne la plus étonnante des fleurs.

N’essayez pas de savoir qui est qui.

Parce que mes amies sont toutes ces fleurs à la fois, parfois une plus que d’autre.

Suivant l’époque, suivant l’instant, et l’émotion.

Surtout, en vérité, elles ne sont des fleurs que le temps d’une métaphore.

Parce que les fleurs ne parlent pas, et, nous les femmes, il est grand temps qu’on s’exprime.

A une époque ou le mot « gentille » sonne comme une insulte, nous ne devrions plus avoir peur de l’être.

De nous réaproprier cette qualité qui rime secrétement avec douceur et bonté.

Nous ne devrions plus avoir peur qu’on nous accuse de vouloir quelque chose en échange.

D’avoir de sombres motivations.

Ou d’être prise pour quelqu’un d’autre.

Parce que si on fait taire cette voix en nous,

c’est une partie de notre humanité que l’on efface.

Nous avons appris à dire « non ».

Maintenant, nous pouvons dire : je t’apprécie,.

Ta présence me fait du bien, ta coupe de cheveux est super…

Des petites choses.

Pas besoin de grande déclaration.

Et apprendre à se taire quand il le faut.

Est-ce nécessaire de dire ; tu as l’air fatiguée ?

Roalal t’as vu tes cernes ?

La personne en face le sait déjà.. et l’entendre fait rarement plaisir.

Par contre, signaler un mascara qui coule, du rouge sur les dents, si c’est fait discrétement, est pour moi une marque d’amitié.

Toute simple, toute bête, qui a l’air si superficielle dite comme ça, mais qui signifie en vrai : je te regarde, je prends soin de toi.

Oublier cette manie de dire le contraire de ce que l’on pense, par fausse pudeur.

Et le plus important : perévérer dans les projets qui nous tiennent à coeur,

encourager les autres .

Même si on se trompe parfois, tant qu’on reste sincére, alors, il n’y a pas de faute, ni de honte, ni de regret à avoir.

Et quand la vie semble nous infliger la plus grande des peines, alors

au lieu d’en vouloir au monde entier,

se demander si on a pas évité une peine encore plus grande.

et être reconnaissante, d’avoir été épargnée.

Qund on est victime, on a souvent tendance à s’enfermer avec sa souffrance,

comme si c’était une vieille copine,

qui ne vous fait aucun bien,

mais dont on ne se débarrasse pas :

parce qu’on la connaît bien et qu’on la croit fidèle.

Etre reconnaissante, avoir confiance, persévérer.

Aimer, par dessus tout AIMER.

Voilà mes  4 piliers.

 

Une réponse sur “Ma Rose”

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :