Le Vilain petit Canard 2 suite

Le vilain petit canard n’est pas heureux.

Alors il mange.

Il se bourre de pain sec.

Et du coup, il deviens plus gras que les autres cygnes.

Oh, ce n’est pas le seul, et d’ailleurs ça ne le rends pas plus , ou pas mooins attractif pour autant.

Mais lui, il croit que si.

Il se trompe lourdement.

Les animaux cherchent à s’accoupler avec des congénères  en bonne santé.

Une cygnette maigrichonne à bien moins de chance qu’une bonne cygnette grassouillette.

Ca joue dans les deux sens.

Le vilain petite canard se trompe,, mais il s’en fiche.

Il n’aime pas son image.

Pas parce qu’il  est trop gras, en vérité.

C’est plus simple que ça.

En réalité, le VPC ne s’aime pas.

Il faut dire qu’il n’a pas vraiment appris comment on fait.

Rejeté par sa première mère, par la seconde et par les oiseaux de son premier nid.

Rejeté encore par les autres animaux.

Toute sa courte vie, il n’a connu que le mépris.

Vous me direz peut-être que vous connaissez des gens dont c’était le cas et qui étaient capables de s’aimer quand même.

Mais là, il y a une information important qu’il faut connaître.

On ne fonctionne pas tous de la même façon.

Ca a l’air simple dit comme ça mais ça change tout.

certains ont besoin qu’on leur montre comment on fait.

D’autres pas.

Le vilain petit canard ne savait simplement pas comment faire pour aimer

Aimer les autres, s’aimer lui-même.

Quelque chose qui parait simple,

mais pour lui ça tenait de l’impossible.

Le VPC n’avait plus d’espoir.

Du coup, il se bourrait encore plus de pain sec.

Et ill se détestait encore plus aussi.

Mais heuremsent, la vie est bien faite.

Ce qui semble impossible pour un canard , un cygne, aussi gras soit-il,

ne l’est pas pour l’Univers.

L’Univers s’y connait en impossible.

L’Univers est infini.

Comment il fait ça ?

On ne sait pas.

Mais vous imaginez bien qu’à côté de ça,

rendre l’amour possible à une petit canard, ou a un cygne,

fut-il petit et laid, ou grand et grassouillet,

c’est du pipi de chat !

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :