Le sang du Göeland

Quai du bas, fin d’après-midi.

Je reviens de l’Ecole de la journée continue à la Plaenke.

 

Avec ma petite -fille, sur ma trotinette.

Quand soudain, surgit de nulle part,

comme dans la chanson..

surgit un oiseau blanc.

Un goéland leucophée à tête blanche.

On les voit de plus en plus au bord  du lac, et même dans nos villes.

Pourtant ce sont des oiseaux marins.

Ils ont commencé à s’installer chez nous, il y a une cinquantaine d’années.

En remontant le Rhône, petite à petit, ils ont colonisé les lacs , allant jusqu’à menacer les espèces locales.

Ah, c’est beau un go’eland .

On dirait une supermouette..

Mais ce jour là, j’ai appris un truc sur eux que j’ignorais..

et je vous déconseille de lire la suite si vous êtes sensibles.

Ce bel oiseau avec son long bec recourbé à déposé sur une pierre au milieu de la rivière, sa proie déjà bien âbimée.

A ma surprise, il s’agissait d’un autre oiseau.

Et d’ou j’étais j’avais une vue plongeante sur son corps percé de trou.

Et du goëland plongeant son bec à l’intérieur pour atteindre le coeur.

Son bec rouge de sang.

Patiemment, il plongeait et replongeait son bec.

Et le sang coulait tour autour de son bec.

Sa pauvre victime, immobile petit cadavre percé de deux trous.

A chaque becquée, le sang laissant des sillages rouges dégoulinants sur ce

beau et long bec de goéland.

Ca m’a choqué.

Je ne le savait pas carnivore.

Cannibale se nourrissant d’une espèce soeur.

Pourant, moi je suis une incorrigible carnivore.

Mais ce serait comme manger un singe— le truc qui ne me viendrait

pas à l’idée sans frémir de dégout.

Ca m’inspire des sentiments curieux et contradictoires.

Alors,  amis végétariens… la nature est ainsi faite, avec ses règles qui paraissent cruelles, mais les animaux n’ont pas de scrupules à se manger entre eux.

Pourquoi devrions nous en avoir ?

Le goéland en particulier se nourri des petits d’autres espèces.

Ce bel oiseau symbole de mer et de liberté

n’aime pas que le poisson….

Mais ce sang, ce cadavre, ce spectacle du chasseur déposant sa proie et savourant son coeur

à soulevé le mien.

Je veux bien mager des steacks.. mais je n’irai pas tuer moi-même mon kangourou….

Par contre, je veux bien croire, si Aldi et Denner n’existait pas, que j’aurais rarement l’occasion d’en manger.

Et aucune d’en chasser.

Tuer pour manger.. je le ferais sans hésiter si j’avais faim.

Je me demande si ça se mange, le goéland ?

Je vais plutôt me renseigner, parce que je n’en sais rien.

 

il semblerait que non, éventuellement les oeufs…

avec un arrière-gout pas top…

Enfin voilà…

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

3 réponses sur “Le sang du Göeland”

  1. coucou pauvre petit; les goélands mangent tout et sont agressifs;
    maintenant , tu sais que je suis végétarienne ;
    certains animaux ne peuvent pas faire autrement que de manger de la viande ; ainsi on ne donne pas de la salade à un lion et aux autres félins;
    mais nous ne sommes pas carnivores;
    je ne peux pas manger de cadavre , car la viande c’est du cadavre ; plus elle est tendre plus elle est vieille car la rigidité cadavérique disparait ;
    quand tu regardes les yeux des animaux qui partent à l’abattoir ça te hante ; ce sont des non humais plus sensibles que certains humains ; il savent qu’ils vont souffrir et mourir
    quand tu vois les reportages sur ce qui se passe dans les abattoirs, ça rend végétarien pour toujours;
    dans l’abattoir belge, j’ai encore la vision de ce pauvre petit cochon à la jambe cassée qui essaye de se sauver en se trainant mais est rattrapé ; ou ces pauvres plongés vivants et conscients dans l’eau bouillante, ébouillantés vifs !
    vois tu ces images me font penser au texte : »le nègre du Surinam  » dans Candide de Voltaire ; « c’est à ce prix là que vous mangez du sucre en Europe »
    et bien moi je compare le nègre de Surinam aux pauvres martyrs victimes de l’homme;
    de plus , manger de la viande affame la planète ,
    et oui il faut beaucoup, beaucoup de ressources pour avoir un kg de protéines animales, alors qu’il en faut peu pour avoir le même kg de protéines végétales ;
    les terres cultivées pour nourrir les malheureux qui finissent dans les assiettes empêchent de nourrir correctement des humains
    et quelle Terre laisserons nous à nos petits?
    une Terre ensanglantée, stérile , où des animaux sont engraissés pour assurer le plaisir en bouche de privilégier qui affament d’autres humains;
    wouah, c’est la première fois que je te fais un article expliquant pourquoi je suis végétarienne depuis des années;
    mais vois tu, regarde les yeux des animaux partant à l’abattoir
    tu es sensible ; tu y verras la détresse , la peur, l’épouvante ;
    et c’est à ce prix là que les gens mangent des animaux ;
    et , de quel droit?
    de quel droit prenons nous leur vie? de quel droit les faisons nous naitre rien que pour les manger?

    1. si je devais les chasser moi-même, je ne sais pas si j’aurais le temps de les regarder dans les yeux. Les animaux chassent, c’est clair personne n’est heureux de mourir… je ne veux pas me sentir coupable, parce que je suis un animal qui aime la viande, moi aussi .

      1. coucou ,
        imagine que tu te promènes avec Prisca et tes chats ; des gens te prennent tes animaux parce qu’ils ont faim; ils vont les torturer et les tuer ;
        tu vas leur dire il y a autre chose à manger , tu vas te battre pour les sauver car c’est injuste ,
        maintenant ,pour moi tous les animaux sont des prisca et des chats ; c’est juste une question de perception ;
        ils pourront te dire : »mais moi j’aime les côtelettes de chien, ou les cuisses de chats » ; vois tu pour moi il n’y a aucune différence ;
        poussons à l’extrême , les cannibales diront la même chose ;
        vois tu,pour moi, il n’y a vraiment pas de différence ; un pauvre cochon qui va à l’abattoir c’est un Prisca ; et je souffre tant de voir ces innocents martyrisés ;

Laisser un commentaire