Le grand bonheur

Il est 2h42.

Je sais, je devrais dormir.

Mais que voulez-vous, on ne se refait pas.

Et non seulement, je ne suis pas fatiguée, mais en plus je suis heureuse.

Heureuse , parce que je l’ai fait.

J’ai réussi,

j’ai tenu,

assumé.

Et plutôt bien.

Je m’auto-épate.

Vous savez, il n’est pas si évident, quand on à passé une grande part de sa vie à s’auto-saboter, de surmonter ça.

Je revois l’année  qui vient de passer, et toutes les fois où, prête à partir, je perdais mes clefs,  par exemple…

Les premières semaines où je gagnais à peine de quoi payer ma place.

Mais j’ai persévéré.

Je n’ai manqué aucun samedi, aucun vendredi.

Et il faut être honnête., avec ce que je gagne, je peux réinvestir pour continuer,

mais pour vraiment gagner quelque chose qui me permettra d’en vivre, je vais devoir bosser beaucoup plus.

Etre bien mieux organisée.

Mais cette année, tout mes efforts, toute mon énergie, je l’ai mis principalement

dans cet unique objectif : assurer.

Vous comprenez ?

Assurez ça veut dire,  que cette place que j’ai, bien au milieu de la tente, au marché, au milieu de marchands qui ont plus d’expériences, et plus de moyen que moi, pour la plupart, elle se mérite.

Mais surtout, pendant un an, je devais remplir mon stand,

Avec mes propres productions.

Et les vendre.

Des bijoux, alors que je n’ai jamais appris à en faire.

Et des photos.

Ca  je sais faire, mais j’ai appris toute seule aussi.

J’ai réussi.

Donc, là, tout de suite, j’ai conscience de ce que j’ai accompli

et ça me rends, très , très heureuse.

J’ai appris toute seule, mais dans ce chemin, j’ai aussi reçu

l’aide de mes anges persos.

A commencer par Pierre, bien sûr, qui m’a montré le chemin.

Ma famille, qui m’a soutenu aussi.

Et mes amis.

Tatiana qui a cru en moi, qui à senti qu’elle devait m’aider. et ça, c’est beau, c’est pur et désinteressé. comme Eliane, qui fut la première à me passer de belles commandes de cartes et de bijoux.

Je ne via pas citer tout le monde, j’aurais trop peur d’en oublier,

mais ce qui m’a conforté, dans cette aventure, tout du long, ce sont ces gestes

qui m’ont permis d’avancer.

Ma petite charette, qui m’est devenu indispensable,

ces dons incroyables de matériaux, de ma si chère Claudia,

sa bienveillance envers moi.

Et Odile bien sûr…

J’ai parlé de tout ça.

J’ai reçu un message, il y a quelques temps d’un anonyme qui me reprochait de n’avoir fait aucun effort, puisque j’avais « tout  » reçu.

J’en ai parlé avec mes amis marchands, pour connaître leur avis.

Curieusement, beaucoup sont dans la même configuration : à la base.

Il y a eu un héritage, un don, une opportunité, et c’est aisni qu’ils ont débuté.

Quand à sa voir si j’ai du talent ou pas,

je sais où j’en suis, ce dont je suis capable, et comment je peut améliorer ça.

D’ailleurs, tous ont aussi été attaqué.

Tous ont du se battre pour garder leur place.

Et ce qui est particulièrement formidable, sous notre tente, c’est

qu’il n’y a aucune concurrence, parce que nous sommes tous très différents.

Au contraire, mais ça je l’ai déjà dit aussi, nous nous soutenons et nous conseillons mutuellement.

La police du Marché aussi est bienveillante.

J’ai l’impression parfois que nous sommes un peu leurs enfants.

Dans le sens qu’ils ont pour mission de nous faire respecter les règles en veillant à ce que ça se passe bien.

J’ai encore reçu des encouragements de leur part, et ça fait chaud au couer, aussi.

Je repense à toute ma vie.

A tout ces coups du sort qui chaque fois que j’ai entrepris quelque chose me rejetait à terre.

Ma vie n’est pas finie, il y a eu et il y aura d’autres coup du sort.

J’aimerais tant vivre en paix, travailler à mon rythme, sans tsunami qui bouleverse mon existence.

Je suis forte et fragile à la fois, un rien me déstabilise, mais je sais remonter les pentes.

J’ai un milliard d’idées pour la suite.

Je sais aussi que rien ne sert de courir.

Qu’il faut se reposer et manger correctement.

Je veux m’accorder quelques jours de vacances, mais le 28, je serai sur le dernier marché du samedi,

à ma place , à côté de Pierre, au début de la rue Dufour.

Une dernière leçon qui me vient de Régine, aujourd’hui, Régien la Reine des pierres :

Faire de l’argent c’est bien ,ça n’est pas tout.

Etre sur e Marché, c’est bien  plus que ça.

Nous avons tous une sorte de mission à remplir.

Beaucoup sont dans les soins,

La mienne n’est pas encore définie, mais je crois que je suis là pour entendre et dire.

Pour voir les gens vraiment.

Parce que tout le monde est important.

Tout le monde à son rôle à jouer, sa place entre les autres.

Nous sommes tous indispensables.

Un sourire, une reflexion, peut sauver quelqu’un.

Nous avons tant à apprendre les uns des autres.

Oula.. il est déjà 4h du mat.

Je fonce me coucher, demain on commence à 10h, ce qui me fait lever à 9h….

5h de sommeil..

Ca devrait suffire.

Bonne nuit et à demain j’espère.

Si il vous manque des cartes, sachez que les miennes, en plus d’avoir mes photos ont la particularité d’être collée sur du papier avec une enveloppe, dont la vente rapporte de l’argent au WWF.

WWF fondation suisse qui à pour mission de sauver les espèces menacées, entre autres.

Vous trouverez aussi sur mon stands des bons divers :

Bons pour un shooting , bon pour un bijoux sur mesure.

Bon pour un agrandissement d’une photo au choix .

Et voilà, il est temps d’aller me coucher.

 

A demain j’espère ! enfin à toute plutôt !

Et si jamais on bosse encore le 24 !

gros bisous 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire