Le ciment de la civilisation

il y a la meilleure, c’est Ilénia, aucun doute là-dessus.
Et il y a LE meilleur.. c’est Jérôme : d’ailleurs, Ilénia le dit aussi.
J’ai comme l’impression d’avoir été infidèle à ma coiffeuse préférée, mais je sais qu’elle comprendra.
Jérôme, il avait déjà coupé mes cheveux, il y a… ouhlala au moins 35 ans, pour une coupe
Dessange, blonde au carré, qui m’avait rendu ravissante l’espace d’un été.
Et puis, il était reparti.
Suivent 35 ans d’errance capillaire, avec des fortunes diverses.
Jusqu’à ce que je trouve ma perle rare, mon Ilénia… chez Jérôme d’ailleurs.
A la Rue Karl-Neuhaus 38, chez Eric Stipa, juste à côté du cinéma Rex.
Je la perds elle aussi, et je la retrouve, chez moi! amenée par hasard par Elodie pour un shooting photo.
La vie est incroyable.
Ces derniers temps, je ne me sentais plus trop bien dans ma peau.
J’étais ravie de ma dernière coupe, sur le moment.
Il faut dire que c’était la grosse cata, mes cheveux, avec trois ou quatre couleurs différentes, une matière foutue, fourchues, longs, mais sans relief.
Il n’y a qu’attachés que je pouvais, plus ou moins ressembler à quelque chose.
Passage chez Ilénia, qui me convainc, d’en couper un bout.
Merci Ilénia!
C’est paradoxal, mais, même dans cet état, j’avais tellement l’habitude , ils étaient si longs, j’y tenais.
Avec douceur et gentillesse, elle m’a convaincu, et, l’espace de quelques semaines, je ressemblais enfin à ce que je suis, une femme de 51 ans.
Bien soignée.
Normale… mais un peu trop normale.
Il ne suffit pas que quelque chose soit joli et bien fait, il faut encore que ça corresponde à son identité.
Et voilà, je ne me reconnaissais plus.
Celle que je suis maintenant.
Et voilà que Facebook, me rappelle, par l’intermédiaire d’une photo, que le très court, ça me va plutôt bien.
J’y pensais déjà, mais je n’avais pas eu le courage.
Mais grâce à Ilénia, j’avais déjà fait le premier pas.
Ca m’a pris en trois jours.
J’ai vu LA coupe dans la vitrine.
Je suis entrée.
Jérôme était là, on a discuté trois minutes.
Ca semblait tellement évident, le lendemain.. aujourd’hui en fait c’était fait.
Et franchement, il assure sa race, Jérôme.
Il ne s’est pas contenté de me faire la coupe que je voulais.
Il l’a adapté pour qu’elle m’aille bien.
Pendant une heure entière, il a coupé, effilé, avec des gestes précis du grand professionnel qu’il est.
Et quand il a terminé, j’ai vu qu’il était content de son travail.
Et que , quand il me disait que cette coupe me va bien, c’était sincère.
Je vous jure que c’est vrai, mais, à la seconde ou il a terminé,
j’ai senti chacun de mes cheveux, comme une sorte d’effet magique.
Je m’arrête deux minutes là-dessus, parce que j’y ai fait attention.
Quand on rase tout ou une partie de ses cheveux, on les sent, différemment.
Ils deviennent comme des petites antennes.
Ca me fait penser aux arbres, quand on coupe les branches pour qu’elles repoussent mieux.
Bien sûr, aux moines boudhistes et autres adeptes qui se rasent la tête.
C’est une expérience que j’ai fait, complêtement , trois fois.
Chaque fois, c’est une véritale renaissance, et pas seulement capillaire.
Quand je suis sortie, il pleuvait tout ce qu’il peut pleuvoir, quand la pluie décide de s’y mettre.
J’adore cette coupe, parce qu’elle me dégage le cou.
J’ai appris que nous avions tous un épi, placé différemment.
Le mien est au somment du crâne, et la coupe se travaille à partir de là.
Après, les cheveux se placent, dans les jours suivants, au fil des lavages.
J’aime cette coupe
parce qu’elle reste très féminine.
parce qu’elle me rajeunit.
Parce que je peux faire des variations.
La version originale , c’est la Curvy Silver, c’est à dire, avec une belle couleur argent.
Impossible à faire avec ma coloration actuelle.
La bonne surprise, c’est que même avec ma couleur, ça donne bien.
Même sans maquillage…
J’ai retrouvé un style.. et p… ça fait du bien !
Maintenant, je me réjouie de voir comment je vais être perçue, par l’extérieur.
C’est dingue comme l’apparence joue sur les relations sociales.
Mon autre coupe m’apportait un certain respect appréciable, on verra bien ce qui se passe avec celle-ci
Ca fait très narcissique tout ça, mais en vrai, si j’en parle, c’est pour rendre hommage aux professionnels qui s’occupent de nous.
Il y avait un garçon handicapé, qui était visiblement content d’être là. Avec de beaux cheveux bouclés.
J’ai beaucoup apprécié le comportement de toutes les personnes présentes, vis à vis de lui.
Naturel.
Parce que, une jolie coupe, ça fait du bien à tout le monde.
Je pense à certaines personnes, très seules, le moment passé auprès de la coiffeuse où du coiffeur, quand il en prends bien soin est précieux.
Et même pour ceux qui ont une vie sociale intense, c’est un temps privilégié.
Je soupçonne ma petite maman de se faire couper les cheveux souvent, juste pour le plaisir d’avoir « sa » coiffeuse perso à la maison.
Je lui suis tellement reconnaissante, parce qu’elle s’en occupe si bien.
comme si elle s’occupait de sa propre mère.
Pareil pour la manucure et tout les autres soins esthétiques, physiques ou psychiques ou pour ceux qui viennent en shooting chez moi.
Pareil même pour les sportifs qui donnent du bonheur aux spectateurs, en se dépassant, et pour les artistes, quels qu’ils soient.
On prends soin les uns des autres, et c’est bien.
C’est important.
Toutes ces relations sont le ciment de notre civilisation.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire