L’autre jour…

Quelqu’un m’a dit que je ‘arrêtais pas de me plaindre sur Facebook..

Avec un petit air excédé…

J’ai essayé de me souvenir, il me semblait qu’au contraire, j’essayais au maximum de rester positive, alors que mon marché de Noël chéri frisait la catastrophe…

Alors que la foule se presse dans la rue de Nidau, notre tente n’a le droit d’acceuillir que 6 personnes pour 12 stands…

Soyez déjà heureux, il a été annulé à bien d’autres endroits.

Ok, mais comment se réjouir quand on a investi tant d’énergie et d’argent, pour ne rien gagner, ou presque.

Ce n’est pas le cas de tout le monde, certains s’en sont mieux tirés que d’autres.

Mais comment ne pas comparer… avec les deux dernières années…

Jusqu’à ce matin, quand j’ai eu une conversation avec Gemma, la jeune vendeuse africaine presque en face de mon stands.

Malgré qu’elle aie tout juste réussi à tourner, elle se réjouit déjà d’être là l’année prochaine !

Son optimisme  m’a rappelé le mien…

Parce que franchement, il va me falloir une bonne pause là.

Histoire de récuperer, de me remettre en question.

Mais une chose est sure, je n’arrêterai pas de créer.

J’ai déjà racheté une nouvelle cargaison de perles…

et fait de nouvelles cartes.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire