La traque infernale

Croyez-moi ou pas, je suis capable de passer 6heures de temps sur mon ordi pour rechercher …une sorte de perles.

Sauf que maintenant, ça n’arrivera plus. grâce à une fonction très astucieuse de mon téléphone.

A condition bien sûr, d’avoir encore au moins un exemplaire de la merveille recherchée, je peux la photographier et mon téléphone me propose tout ce qu’il trouve sur internet qui ressemble à mon image.

Vous me direz que ça existait déjà avec Google, mais c’était bien plus limité, et puis, c’est vrai, je n’y ai pas pensé.

Parce que d’habitude, je connais les perles, je sais ou chercher.

Mais celles-ci qui pendaient sur les boucles d’oreilles de Katia, je croyais à tort, qu’elles venaient de chez Rayher, une marque allemande qui achète des perles du monde entier pour les revendre à prix d’or.

J’ai compris la leçon maintenant, je ne me ferai plus prendre.

Sauf que, vous allez voir comme le bisness perlier est compliqué, certains pays, certaines marques, refusent de livrer des particuliers, ou alors carrément tout un pays.

Il faut donc ruser.

Soit en connaissant quelqu’un dans un pays autorisé à la livraison, qui vous renverra l’article, soit acheter à un représentant, genre Rayher.

Sauf que.. Rayher lui-même, le fourbe, ne vends qu’à des revendeurs autorisés par ses soins.

Genre la Coop.

Du coup, je paye les deux intermédiaires.

Et je n’ai pas les moyens d’entretenir tout ce beau monde.

Vous me direz, mais pourquoi tu n’achète pas de perles suisses ?

Parce que, tout bêtement, ça n’existe pas, des perles suisses.

Les tchèques produisent depuis le XVIIIe siècle. un cristal fabuleux

appelé *de bohême ». Le 18 ième siècle, oui madame !

Mais ça, c’est rien.

Les italiens, depuis 1400 déjà produisait du cristal.

Les anglais s’y sont mis, les autrichiens.. qui ne connaît pas Swarowski ?

Mais nous, les suisses, on sait pas faire.

Ca nous intéresse pas.

Et les japonais ? la firme Miyuki produit des trésors de perles aux formes inédites…

Pendant ce temps, nous, on en reste aux montres et au chocolat.

Pourtant ! il y aurait des sous à se faire, si quelqu’un avait la bonne idée de se lancer dans la perle.

Quand je vois :

  1. le prix qu’elles coutent.
  2. comme on se les arrache sur le net.
  3. Ca me semble suffisant comme raisons , non ?

Donc, après 6 heureus de recherches infructueuses, malgré toutes les références, mots-clés etc– que je lui donnait, internet fini par me trouver THE perle si âprement recherchée, grâce à mon téléphone.

C’est une perle tchèque. Czech  ça veut dire tchèque.

Comme j’adore ces perles là.

Leurs fabuleuses couleurs, leurs diversités de formes..

J’aime moins ce qu’ils en font par contre.

C’est une question de gout.

Ce qui me plait, c’est de les mêler avec des perles d’autres origines.

Des japonaises, plus particulièrement.

Ce qui donne un espèce de style.

Ca et inventer des dessins, des assemblages inédits.

Revenons à notre recherche.

Je la trouve enfin, sur Etsy qui me propose une boutique tchèque.

Je commande, et là, je désespère un brin, parce que ça fait une bonne heure que le message de vérification me demande de tenir bon.

Vous voyez ce que je suis capable de faire pour retrouver la trace d’une perle ?

Vous croyez que ça se limite à ça ?

Ahahah . Je fais pareil avec un acteur de quatrième catégorie, qui passe en vitesse dans une scène et que je crois avoir déjà vu quelque part.

Et hop. direction Wikipédia en espérant que son nom soit crédité, ce qui est rarement le cas.

Alors je cherche, un autre film, un autre acteur qui l’aurait côtoyé et je passe tout les rôles, tout les films en revue jusqu’à ce que je trouve ce fichu nom.

C’est comme ça.

Je fais ça avec des mots aussi.

Je cherche des synonymes, jusqu’à ce que je trouve le mot juste.

Je calcule le prix du milligramme de xylometazoline, et j’en profite pour regarder ce que c’est exactement… un vasoconstricteur, et à quoi ça sert, pourquoi c’est mauvais pour la santé etc… tout en consultant chaque fois plusieurs sites, afin d’être sûre que je ne me fais pas refourguer de fausses informations.

Mais comment je faisais avant internet ?

Je me posais déjà toutes ces questions, mais je souffrais de frustration.

Une immense frustration de ne pas pouvoir répondre à mes questions.

Qui continuaient de tourner en boucle dans mon cerveau.

Pire : qui s’accumulaient.

Mais Internet est arrivé.

J’ai appris à m’en servir, et finalement, de pages en pages, à me poser de nouvelles question..

La bonne nouvelle de toute cette recherche, les bonnes nouvelles surtout, c’est que j’ai trouvé trois choses importantes pour mon travail.

1) je vais faire des portes natels personnalisés  et pratiques.

On pourra les adapter à tout les natels.

Il s’agit d’une base transparente , adhésive, avec une colle 3m de qualité supérieure capable de résister à 5 kilos de tirage. Avec un anneau pivotant.

Pour les gens qui ont déjà un anneau solide, genre celui du flip, je peux me contenter de faire la chaine.

Chaine qui sera avec des perles particulières de ma collection, qui s’emboitent les unes dans les autres, rendant le truc bien solide.

En plus, j’ai trouvé du fil de pêche spécial pour la pêche au brochet.

C’est lourd un brochet, et quand ça se débat parce que ça veut vivre, encore plus.

Pauvre brochet-

Amis pêcheurs… soyez sympa avec les brochets.

Bon, en même temps. c’est sacrément bon, un brochet.

Passons, donc si ça résiste , ce fil pour tenir un brochet, ça tiendra bien un natel.

j’accrocherai un petit mousqueton.

Histoire que l’on puisse facilement enlever la chaine si on veut.

Mais surtout, ils sont fait pour être accessible aussi rapidement que si ils étaient suspendu dans l’air.

Pas comme dans une pochette, qu’il faut ouvrir.

Même si il y en a des jolies.

J’aime bien avoir mon téléphone à disposition immédiate.

Mais je ne l’utilise pas tout le temps.

Avec sa chaine, je peux le suspendre quelque part, et je sais où il est.

J’ai déjà des commandes.

Maintenant, j’attends qu’arrivent les supports.

J’ai fait des grosses recherches pour en trouver des bien et pas chers.

Deuxième bonne nouvelle, j’ai retrouvé des perles fantastiques.

De pures merveilles faites artisanalement, mais plus ou moins abordables.

C’est drôle, mais je me suis rappelé. en fait, je ne les ai pas trouvé, je les ai RE-trouvé.

Elles me semblaient horriblement chères, la première fois et j’étais convaincue que je ne pourrais jamais les acheter.

Sauf que, j’ai progressé.

Ce qui me semblait impossible hier est devenu tout-à-fait réalisable aujourd’hui..

Je les utiliserai pour ma collection d’été.

Je devrai investir un peu, beaucoup, mais ça vaut la peine, tant ces petites roses et autres fleurs  en verre et ces petites framboises et autres baies sont bien faites. Il y aura de quoi faire quelque chose d’hyper frais et féminin.

Et bien sûr, j’ai enfin pu commander  les perles pour réparer les boucles d’oreilles de Katia.

J’en aurai assez pour en faire d’autres.

Comme j’ai vendu presque toutes mes boucles d’oreilles, je referai une collection.

En attendant que tout arrive, je ferai les commandes spéciales et des ajustements qu’on m’a demandé.

Bref, j’ai de quoi faire.

Mais je ne suis plus bloquée, j’avance.

Pour les fêtes, j’ai encore quelques beaux sautoirs et des colliers papillons.

Des bracelets aussi.

Les cartes sont prêtes.

J’ai aussi des commandes là. à préparer.

Bref, j’ai de quoi faire,un terminal pour les paiements à carte, et la motivation pour continuer de progresser.

Pour terminer, mon bras fracturé ne me fais presque plus mal.

J’ai encore peur de me suspendre à la barre que j’ai dans l’encadrement de la porte.

Je vais pouvoir me remettre au dessin.

Illustrer mon livre.

Le reprendre dpuis le début.

L’étoffer peut-être, si il le faut.

J’aimerais qu’on aie envie de le lire, et qu’l fasse un peu rêver,

 

 

 

 

 

c

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire