Jusqu’où peut-on aller trop loin ?

Mes chats se rapprochent du feux.

C’est une chaleur si douce et spéciale.

Ca changé ma vie.

Et pour ça, je ne remercierai jamais assez ceux qui me l’ont installé.

Je repense à ces hivers,  les pieds gelés… dans mon salon.

Maintenant, il fait si bon que je pourrais travailler toute la nuit.

J’ai travaillé, un peu déjà, une commande spéciale.

Juste trois portraits .

J’en suis assez contente.

J’ai encore beaucoup de travail, mais demain, j’ai trois rendez-vous importants.

Je dois être en forme.

Je ne suis pas vraiment du matin, mais quand il faut, il faut.

Ma petite fille avait tellement envie de rester chez sa grand-mère…

ce n’était pas prévu.

Je vais devoir me lever à 7h du mat, parce que l’école est à l’autre bout de la ville.

L’arrêt de bus de l’autre côté de la gare.

l faut partir assez tôt si on veut arriver à l’heure.

C’est  important d’être à l’heure.

Je pense à ma mère, qui allais à l’école a plusieurs kilomètres, dans la campagne.

Je suppose qu’elle y allait à pied, il faudra que je lui demande.

En ce temps là…on était dur.

La guerre juste à côté , en France…

les avions , les  soldats, le rationnement et les petites plaquettes à porter autour du cou pour être identifié.. au cas ou…

Nous on a un joli bus, et si on se dépêche, une place assise, vu la foule de gens qui va travailler à cette heure là.

00h22, ça me laisse encore des tas d’heures de sommeil.

Je vais en profiter.

A 10h, j’ai rendez-vous, à la police, pour discuter de ce qui c’est passé l’autre jour dans le couloir de la gare.

J’apprécie qu’on le fasse.

J’ai bien conscience que ce n’est pas un travail facile.

Mais nous sommes en 207, on sait maintenant les dégâts qui peuvent être causés par ce qu’on prenait, il n’y a pas si longtemps pour des plaisanteries.

Personne n’est parfait, moi la première, donc, vraiment j’apprécie qu’on se rende compte de tout ça et que je sois assez prise en considération pour en parler avec moi.

Ce qui me semble important, maintenant, ça sera de rester dans la bonne mesure.

Ce que j’ai écrit, c’était ce que j’ai ressenti.

C’est ce que  l’on ressent quand on se sent rabaissé et qu’on ne peut pas se défendre.

Mais je n’a pas de rancune.

J’ai trop besoin de mes forces pour assurer ma vie de tout les jours pour les dépenser si ce n’est pas nécessaire.

Ne pas minimiser, ne pas donner trop d’importance, bref, rester dans la juste

mesure.

00h44, il est temps d’aller dormir.

Laisser un commentaire