Journal d’une pandémie épisode 32

Pour la plupart, la pandémie, c’est un mot.

Des contraintes certes, peut-être meme une reflexion.

Et puis il y a ceux qui sont touchés, directement.

Là, ça devient une émotion.

Un fait, constitué d’incertitudes.

Quelque chose de terrible.

Parce qu’il y a  eu, déjà la mort au bout.

Ce soir, c’est à eux que je pense.

Mon fils est à l’hopitâl.

Je ne sais pas ce qu’il a, peut-être simplement un crise d’appendicite.

Mais il souffrait horriblement.

Ma petite fille m’a demandé ce qu’il avait.

Au début, je pensais plutôt à des coliques, alors j’ai imagé :

« C’est comme si un petit nain faisait des noeuds avec les intestins de Tonton Achille ».

Mais la douleur s’intensifiait au point que j’ai du appeler les urgences

L’ambulance est venu le chercher il y a quelques heures.

Par la fenêtre, je voyais les ambulanciers s’affairer autour de lui.

Je ne voyais pas son visage, mais  j’ai compris qu’il allait partir,

quand ils ont serré ses jambes avec une ceinture de sécurité.

Une grosse boule m’a traversé la gorge,

et dans ma tête un gros nuage noir semblait prêt à exploser.

Transie d’angoisse, devant cette ambulance immobile, ou je n’ai pas le droit d’entrer (consignes anti-virus »), je pense tout haut :

-Mais qu’est-ce qu’il font ?

Et là, ma petite fille  me réponds :

-Ils sont entrain de tuer le nain qui fait des noeuds!

Je me suis dit que j’avais de la chance d’avoir cette petite fille si intelligente, que même dans un moment tragique, elle sait que l’humour aide à tenir le coup.

C’est comme ça qu’on fonctionne dans ma famille.

… Finalement je n’ai pas pu tenir, je suis allée voir de plus près.

Ils l’avaient mis sous perfusion.

Là, je m’arrête un moment pour dire comme les personnes à qui j’ai eu affaire au téléphone, et dans l’ambulance ont été gentilles et compréhensives

Je paniquais.

C’est mon fils, c’est normal et je ne sais pas ce qu’il à.

Heureusement ma chère Tatiana est toujours là pour trouver les bons mots pour me calmer,

D’après ma cousine, qui bosse dans les soins, c’est peut-être juste l’appendicite.

« Juste » mais ça fait terriblement mal.

J’avais écarté cette hypothèse, parce que j’avais lu sur internet que la fièvre était le symptôme principal.

Et je ne crois pas qu’il en avait.

Il avait si mal que je pouvais à peine lui parler.

Il ne supportait pas mon regard de mère paniquée non plus.. ce que je comprends bien.

J’ai fait des litres de thé de fenouil.. mais rien ne le soulageait.

A la fin il hurlait.

Sa douleur à dépassé sa peur de l’hôpital.

En courant…

Et moi qui ne pouvait pas l’accompagner,,,

Mon fils autiste, avec le syndrome d’Asperger.

Le genre qui nécessite un mode d’emploi pour communiquer.

Quand il veut bien le faire…

Je vous dit tout ça, parce que c’est ce que je vis là, tout de suite.

Et parce que c’est lié à ce qu’on vit tous maintenant.

On croyait maîtriser et voilà qu’un évênement fait tout changer.

J’attends dans l’incertitude les résultats des examens qu’on lui fait passer.

Ca ne me rassure pas de penser que ce n’est pas le virus.

Ca peut.être tellement.. ou tellement pas.. on verra.

Enfin voilà, c’était encore une sacré journée.

Je devrais m’estimer heureuse d’être en bonne santé.

C’est ce que je vais faire, tout-de suite, remercier le ciel d’être ne bonne santé.

M’inquiéter n’aidera personne.

Mais ça c’est facile à dire.

Heureusement je suis bien entourée.

Merci pour vos pensées.

Vous comprenez, jusqu’ici, pour moi, rien n’avait vraiment changé.

Mais voilà, j’ai l’impression  ce soir ,que je ne suis plus dans ma réalité.


Après une batterie d’examens et une nuit à l’hôpital,  on a découvert un caillou, heureusement en voie d’évacuation heureusement mon fils peut rentrer.

J’ai eu très peur, je peut décompresser.

Toute ma reconnaissance va au personnel soignant de l’hôpital de Baumont a mon amie Maud qui travaille là et à veillé sur mon fils.

Mes formidables amis Ttiana et Thierry qui sont allé le chercher en voiture.

Ainsi que celles et ceux qui ont compati, ça m’a beaucoup aidé.

Merci à vous tous <3

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Une réponse sur “Journal d’une pandémie épisode 32”

Laisser un commentaire