Journal d’une pandémie biennoise jour 22 Retour d’inspiration

Bon, je commence tout de suite par le plus moche…

Vous savez, je ne suis pas une femme violente, en général, mais là.. si vous me connaissez un peu, moi et mon amour des canards et autres volatiles lacustres ,

et fluviaux, vous comprendrez.

Aujourd’hui au bord du lac, j’ai failli me battre.

En moins d’un quart de seconde ,j’ai vu rouge, et il en a fallu de peu pour que je me jette sur un type..

Même si il était accompagné d’une dizaine de copain bourrés comme lui et que j’étais toute seule avec ma petite fille.

J’ai senti que je n’avais pas peur et que si il recommenait, c’est ce que je ferais.

Tant la rage qui m’est monté était forte et justifié par son acte débile.

Son crime ?

Vous savez les cygnes, ils ont de moins en moins peur des gens, ils viennent mendier un peu de pain en s’approchant tout près.

Et lui, au moment ou je le regarde ne trouve rien de mieux à faire que de lui lancer un cailloux.

Bien sûr, le cygne non plus n’a pas aimé.

Le type c’est redressé et à reculé d’un pas.

Je ne sais pas ce qu’il allait faire et je m’en fiche, c’est là que je l’ai engeulé.

Et ce crétin infini imbibé d’alcool m’a demandé si  » c » ‘était à moi.

Ce « c » m’a fait tiquer.

Comme si c’était une chose et pas le prince légitime de notre lac, merveille de la nature.

D’abord, je lui ai rapelé que les animaux méritaient notre respect.

Ceàquoi il n’a rien trouvé d’autre à dire que répêter sa stupide  phrase.

Alors, j’ai dit  « oui », par ce que dans le fonds, c’est vrai, tout les animaux en général et ce cygne en particuliers sont les miens, quanad on s’en prends à eux.

Je crois qu’il à eu peur, devant mon air déterminé de biennoise qui n’aime

pas qu’on touche à ses cygnes!

ce moment là, ma ptite môman à eu la bonne idée inconsciente de me lancer un sms, .

J’ai donc sorti mon natel et commencé à pianoter ma réponse.

A ma surprise, l’effet fut immédiat.

Croyant surement que j’appelais la police, le groupe  se calme,

et des airs inquiêts se lisent sur leur visage d’abrutis finis.

Petite vengeance dont je ne suis pas très fière mais qui  fait son effet..

Iils paniquent.

Je suis par contre assez heureuse d’avoir montré à me petite fille le pouvoir du bon droit.

De l’indignation justifiée..

Sans insulte, ni violence.

Même si j’étais loin d’être en supériorité numérique..

Enfin bref, j’ai aussi vu deux cygnes danser littéralement sur l’eau.

Dans une merveilleuse chorégraphie,

une parfait synchronisation.

C’est la période des parades.

Et nous avons bien e la chance de pouvoir y assister.

Je cros que nous sommes connectés aux animaux,

Qu’on pourrait parler avec eux, si on le veut vraiment.

Tant qu’ils acceptent encore de le faire.

Tant qu’ils comprennent que nous ne sommes pas tous les mêmes.

Encore faut-il que nous aussi, nous en soyons capable.

Le soleil se lève et ily aune chose que je sais et qui me donne de l’espoir,

c’est que dans les gens qui me lisent, tout le monde adore les animaux autant que moi.

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire