Journal de pandémie épisode 43

Inspirée!

après 4h à trier mes perles, je vois le lever du soleil

Entre rose, ce rose lumineux, presque orange,

si parfait que seule l nature sait le faire.

et ce bleu encore un peu gris, à moins

que je doive laver mes fenêtres…

Il faudrait que je les passe au karcher, avec la pollution de la rue.

Quand je vois ce ciel de printemps tellement ravissant, je comprends que nos ancêtres aient été impressioné au point de voir Dieu partout dans la nature.

Nous  par contre.. on oublie facilement.

Netflix, et facebook nous prennent plus de temps…

Je dis rien, hein, sans facebook, mon petit bizness de bracelets  et de photos  serait au point mort.

Je remercie tellement les gens qui m’ont passé des commandes , et qui m’ont payé pour que je puisse survivre à cette crise.

Je n’oublierai jamais qui m’a aidé.

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Et puis, ce matin, mes pensées vont vers quelqu’un que toute ma famille aime porfondément.

Une personne magnifique, qui ne devrait pas s’en aller si tôt.

Mamie Jeanette, notre chère Mamie Jeanette… saleté de cancer.

Saleté de virus….

J’ai su aujourd’hui qu’on pouvai t aller lui dire Adieu, mais elle n’est déjà plus tout à fait là.

Alor, lâchement, j’ai préféré garder mon image, ma belle photo que j’ai prise à l’hopital,

Toute souriante avec son turban pour cacher les effets d’une chimio qui n’a servi à rien.

On aurait aimé l’avoir parmis nous plus longtemps, elle n’était pas si âgée,

notre mamie Jeanette.

La nature nous fera tous mourir un jour, mais le cancer lui..

Est.ce que le cancer existait déjà, dans le passé.

J’ai toujours l’impression qu’il est le fruit de la folie des hommes.

Né pour attaquer des innocents, et la punition injuste est pour tout le monde.

Pour ceux qui en souffrent et pour ceux qui restent.

Impuissants et tristes.

Je ne comprends pas quel sens il peut y avoir de frapper une personne aussi gentille et aimante.

Mais je crois  que ceux qui partent ne nous quittent jamais vraiment tout-à-fait.

Tant qu’on continue de penser à eux, alors ils veillent sur nous.

C’est ce qui me console, car dans ce monde là, il n’y a plus de souffrance,

qu’un grand bien-être et beaucoup d’amour.

Si seulement on pouvait être comme ça dans nos vies terrestres.

Je vois la bonté qui existe, je sais que c’est possible .

Bon je vais me coucher

Aujourd’hui c’est dimanche.

Bala–bal girl est là pourle week-end.

Je vais reposer mon cerveau avant qu’elle ne se réveile.

J’ai tellement trié de perles que quand je ferme les yeux, j’en vois encore.

Comme quand on fait du ski toute la journee, et qu’on en r^ve la nuit.

Sauf que je ne dors pas encore et que ce n’est plus la nuit.

Alors je vous souhaite une très belle journée!

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire