Journal biennois d’une pandémie Jour 3 le durcissement

Durcissement, solidarité,  incohérences…et applaudissements.

Au troisième jour, notre gouvernement a sagement décidé de durcir les mesures.

J’ entends parler de l’intelligence de la population… et là,j’ai un doute, des doutes mêmes…

Mais voilà, plus que jamais ce qui importe, c’est la solidarité.

Première mesure, je vais régler la tablette de ma ptite maman qui ne peut plus nous entendre.

Bien sûr, je reste à distance, mais j’en profite pour lui rendre quelques petits services, vu ses 89 ans et sa mobilité réduite.

Pour aller chez ma mère, je dois traverser toute la ville… et j’hallucine.

Magasins, restaurants, terrasses… on dirait un jour comme les autres.

Dans quelques heures , l’Etat annoncera la fermeture de tout les commerces non-indispensables.

Mais à quoi pensent-ils, tout ces gens qui font  » comme si de rien n’était ? ».

Mais ça encore, ne devrait pas trop m’étonner.. (voir article d’hier), ce qui c’est produit par la suite, par contre…

je me demande si je ne l’ai pas rêvé…

Cauchemardé, plutôt.

Je vous raconte.

Comme tout propriétaire de chien , je promène le mien, qui est enregistré, puçé même.

Pour ne pas faire de trajets inutiles, je profite de ma rentrée pour acheter encore un grand paquet de nourriture pour mes chats.

Ils aiment bien celle de la Coop qui à l’avantage de ne pas être trop chère.

J’attache donc Prisca devant le magasin, à l’endroit prévu pour et je vais faire mes commis.

Il me faut aussi des plombs.

Très importants les plombs dans une vieille baraque où ils ont tendances à pêter souvent…

A la Coop… le rayon est totalement vide.

-plus aucun plomb de 6 ampères…

Je vais encore au département brico, dans le même magasin, juste en face.

Et là, pareil… au rayon électricité plus aucun plomb de 6 ampères.

Reste une dernière option, le magasin déco, toujours dans le même centre commercial, juste à l’étage au-dessus.

Le temps de prendre l’escalier roulant, j’y suis.

Et là, y’en à.

Mieux, ils sont en action.

Je profite pour en prendre deux paquets.

Tout ça à du me prendre entre 15 et 20 minutes à tout casser…

Je me dépêche, parce que ce n’est jamais agréable de laisser Prisca toute seule.

Même si je sais qu’elle ne suivrait pas un inconnu si facilement, je pense à elle, donc je me dépêche.

Pas assez apparemment.

Vous allez halluciner !

Au moment ou je sors  et me dirige vers ma bête

deux policiers en uniforme m’interpellent :

-Madame Bergeon ?

Je vais vous dire quelque chose : être interpellée par son nom par un policier que vous ne connaissez pas, est extrêmement désagréable.

Je monte en pression en l’espace de 2 secondes.

En mode défensive :

-Oui ?

On nous a appelé pour nous dire que votre chien est là DEPUIS DES HEURES.

DEPUIS DES HEURES !!!????????

Abasourdie, je pose mes commissions à terre, et je me défends.

-J’ai acheté un paquet de nourriture et des plombs, vous pensez que ça m’a pris des heures ?

Par chance, j’ai affaire à des policiers intelligents.

Ils me calment tout de suite :

_Nous on vous reproche rien, mais on nous a appelé…

J’aimerais bien savoir qui est le ou la.. … je vais rester polie, mais c’est dur, qui n’a rien d’autre à faire que déranger la police et me mettre dans une position désagréable, sous un faux prétexte.

D’autant plus qu’avant cette escale à la Coop, nous avions retraversé la ville à pieds.

Ce qui fat deux bons kilomètres.

Vu l’âge avancé de Prisca, elle était crevée, donc sûrement bien contente de s’arrêter un peu…

15-20 minutes à tout casser. Pas DES HEURES.

Je m’énerve :

-Vous n’avez rien d’autres à faire ?

En ce moment il y a des gens qui propagent un virus dangereux, en se fichant des règles… par exemple.

Réponse : on sait mais on a pas reçu de consignes…

Et voilà… comment voulez -vous qu’on arrête une pandémie, tant qu’il y aura des gens assez stupides pour continuer de pourrir inutilement la vie des autres ?

Perte de temps, perte d’énergie…

Je rentre à la maison, encore assez fâchée…

J’ai autre chose à faire.

Heureusement la suite est plus joyeuse.

La suite à des étoiles dans les yeux à l’idée de faire l’école à la maison.

Ca sera mon rôle de faire la maîtresse.

Je suis la grand-mère, mais pas si âgée et ma fille, qui a une vie sociale bien plus remplie pourra de son côté aider d’autres personnes qui en ont besoin.

Moi aussi, je suis très contente à l’idée d’instruire ma petite-fille moi-même.

J’ai plein d’idées.

D’abord, saluons l’effort du professeur M.Sigenthaler, qui a rempli lui-même, chaque boîte aux lettres de ses élèves pour leur remettre les devoirs de la semaine.

J’ai plein d’idées donc.

Une fois les devoirs faites, il va nous rester un temps fou, que l’on va utiliser à bon escient.

Nous ferons du sport, un herbier, des recherches sur les plantes et les animaux.

Sidney se couche, rayonnante et impatiente.

Notre réveil est réglé sur 8h.

Nous allons prendre le temps de déjeuner et de promener Prisca, mais ensuite, ce sera « école ».

Elle à rangé son petit bureau qui lui sert à bricoler d’habitude et préparé crayon, gomme , règle, bloc.. etc….

Nous ferons des dictées, du calcul, de l’allemand, de la gym etc…

Par chance, elle a seulement 9 ans, ça ne sera pas trop dur pour moi :).

J’avoue que je me réjouie tout autant.

La vie est curieuse, quand même…

J’apprends par notre très sérieuse émission suisse « TTC » qu’en 2017 déjà certains savaient que le virus paralyserait le monde et en tireraient des intérets financiers…

Les responsables de cette pandémie, ceux qui la propagent inconsciemment, et ceux qui en profitent largement, je les mets tous dans le même panier :

le même ou j’ai écrasé dans le fonds, ceux qui pourrissent la vie des gens volontairement.. en les laissant vivre sans chauffage, en les dénonçant sous de faux pretextes, et aussi ceux qui rependent des fausses rumeurs pour faire flipper les gens.

Et ce panier là, je le jette loin.. très loin … très très très loin !

Parce que j’ai autre chose à faire.

D’abord, demain matin, je suis la nouvelle maîtresse d’école.

Sacré responsabilité !

Ensuite, j’ai une mère à m’occuper.

Aussi, j’ai une mamie Jeanette qui est en train de partir, mais qui est si courageuse que c’est encore elle qui veille sur nous.

Depuis son lit d’hôpital, dans cette résidence qui prends soins de ses derniers instants, jamais elle ne se plaint. Au contraire, elle m’encourage!

Merveilleux exemple de force et de positivité Mamie Jeanette.

Qu’on ne peut plus visiter.. comme si ça changerais quelque chose…

La vie est étrange…

Nous voilà dans une sorte de série catastrophe comme celles que je regarde

d’habitude sur Netflix.

Et dans ces séries, ceux qui s’en tirent.. ce sont toujours les mêmes : les solidaires.

Les autres paient au fur et à mesure.. épisodes après épisodes.

Ceux qui profitent, ceux qui trahissent…

Bon, parfois, y’a un gentil qui saute, mais ça c’est souvent parce qu’il

se croyait indispensable… et que la production lui a refusé une augmentation.

Mais là on est dans la vraie vie.

J’ai assez de plombs pour tenir tout les pêtagesà venir (dès qu’on branche deux trucs en même temps).

Il fait un peu moins froid.

Mais surtout, je suis en bonne santé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!¨¨

Yahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!

En même temps avec la vie sociale absolument pas débridé que nous avons, mon fils et moi… on courrait, sans le savoir, moins de risque que ceux qui sortaient souvent.

Qui sortaient….

Eh oui…

Pourquoi ne suis-je pas vraiment désolée pour eux…

C’est mesquin de ma part, je sais.

En même temps, y’a pas écrit « sainte » là…

Mais ça, je le mets dans un autre petit panier que je jette tout aussi loin.

Franchement, on a autre chose à faire que traquer les coupables, maintenant, il est temps d’être solidaire.

Perdre son temps à en vouloir aux autres, ça va un moment.

D’abord, faut penser à soi.

Se protéger, se désinfecter, garder ses distances, c’est le point un.

Point deux, une fois qu’on est en sécurité regarder ce qu’on peut faire pour aider ceux qui ont besoin d’aide.

Ca peut être un truc aussi apparemment petit que montrer à une personne âgée comment se servir de sa tablette pour se sentir moins seule , ou faire l’école aux enfants dont les parents travaillent. Même si ils ne sont pas de votre famille.

C’est ça qui fera de vous le héro qui reste en vie.

Même si la vie n’est pas une série…

La vie , en vérité, est bien plus folle que la plus folle des séries.

Maintenant, je crois que nous en sommes tous conscients.

Je ne peux pas me mettre à la place de ceux qui ont refusé de voir qu’il y avait du danger, mais leur lancer la pierre  ne sert à rien, puisque, de toutes façon, comme dit mon fils ;  « la sélection naturelle fera son oeuvre ».

Est-ce qu’on va en arriver à être poursuivi par des drônes pilotés par l’armée si on ose sortir ?

J’imagine bien l’engin qui me dirait que j’ai attaché mon chien pendant des heures  à la sortie de la Coop…

P.S. Ah oui et pour terminer .. la saison 3 de Westworld démarre très fort sur la Tsr, et un ptit conseil regardez le générique jusqu’au bout, parce qu’il y en encore.

Et les applaudissements ?

Comme quelque chose de beau sort toujours de quelque chose de moche, une tradition a été lancée pour remercier les infirmières, les médecins et tout ceux qui travaillent dans les hôpitaux ou autres infrastructures en première ligne contre le virus.

A 21h du soir, on ouvre sa fenêtre et on les applaudit. TRès fort, En poussant des cris d’encouragement.

Ils le méritent.

Ils mériteraient beaucoup plus encore.

 

 

 

Laisser un commentaire