Journal biennois d’une pandémie Jour 11 Voiture en carton et séries en série

-Grand-Maman ! J’ai une nouvelle voiture !

A l’autre bout du fil (… du fil, mon natel n’a pas de fil!), ma petite fille me parle comme si elle avait 20 ans et une vraie voiture.

Je joue le jeux.

-Super ! et tu est allé où ?

-J’ai fait trois fois le tour du salon!

Je reviens à la réalité et je découvre que sa voiture est un carton d’aspirateur.

Je demande à voir.

De toutes façon je dois promener le chien autant donner un but à ma visite.

Et puis, j’ai trouvé assez de points pour lui avoir une petite peluche gratuite à la Coop, elle en profitera pour choisir.

Sur le chemin, je ferai des photos.

C’est mon travail, témoigner de mon époque par l’écriture et la photographie.

Tant que je reste à distance, rien ne m’empêche de sortir.

-Bon t’as fini de te justifier ?

Ok. J’arrive!

Ma petite fille est radieuse au milieu du salon.

Je découvre la voiture.

Avec un feutre, elle a dessiné les détails :

du tableau de bord  au rétroviseur.

Elle s’est même fabriqué un permis de conduire.

Ca me rends très fière qu’elle utilise son imagination et sa créativité pour faire ses propres jeux.

Elle à des jeux comme tout les enfants gâtés,  mais elle préfère ceux qu’elle fabrique elle-même.

Ca me rappelle quand j’étais petite , et que nous jouions sur le tapis de la chambre.

Avec ma soeur et mes cousin, au Prévoux.

Dans la maison de mes grands-parents.

On y passait des heures, sans sortir des limites du tapis.

Nous serions tombé dans la mer !

Bon.

Vous savez comme j’aime les séries.

Eh bien, ces derniers temps, elles me déçoivent toutes.

On dit que la réalité dépasse la fiction et c’est tellement juste, maintenant…

Qu’on le veuille ou non, nous avons déjà changé.

Et là je me rends compte comme ces événements influent déjà sur moi.

L’autre soir, je me promenais au bord de la rivière avec mon chien.

C’était totalement désert.

Derrière moi le vent soufflait fort,mais j’avais l’impression d’entendre la musique de X-Files.

Et cette étoile qui brillait au-dessus du bâtiment de la plage brillait

d’une lumière suspecte.

Plus rien ne m’étonne.

Il y avait des signes :

Déjà Donald Président..

Franchement, un truc pareil, ça aurait du nous mettre la puce à l’oreille sur les changements  du monde, non ?

-Mais qu’est-ce que tu raconte ?

Bon il est tard, je vais aller me coucher.

Le soleil se lève, magnifique.

Au-dessus de la Coop, en dégradé de rose  jusqu’aux tons bleutés.

Avec des oiseaux , touches noires à contre-jour,

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire