Je suis prête.

Je suis prête à me passer de gaz.

Personne ne me demande mon avis,

mais quand je pense que la Russie reçoit 800 millions par jour

pour le gaz  livré en Europe,

je trouve que ce serait la moindre d’arrêter ça !

Et nous la Suisse, on donne combien ?

Renseignons -nous.

C’est un peu compliqué…

Notre gaz, en gros , on l’achète sur les marchés internationaux, et il vient effectivement de Russie en grande partie.

Mais on  n’a pas de contrat direct.

Si j’ai bien compris.

En ce moment on voit  avec le Qatar pour l’acheter chez eux.

Pas idéal mais déjà mieux.

Mais c’est terrible ce qu’il se passe en Russie.

Les Russes ont peur .

On ne peut pas les interviewer, parce qu’ils ont peur des représailles, si ils disent ce qu’ils pensent.

Mais pourquoi ne se révoltent-ils pas ?

Dans notre pays, on peut dire tout ce qu’on veut.

Ca nous semble normal, et ça l’est.

Bien sûr, on n’a pas le droit d’insulter les gens, de mentir à leur propos, et ça aussi c’est normal.

Ca relève du bon sens.

Nos libertés s’arrêtent là ou commence celle des autres.

Le mois d’avril 2022 restera dans l’histoire du monde .

Tandis que la majorité des russes se taisent par peur des représailles, une minorité  fait parler d’elle.

Mais qui sont ils ?

Quelle sorte de monstre faut-il être pour violer, torturer et assassiner des innocents, en si grand nombre ?

On a tous vu ce reportage avec les corps à terre.

Plus de 400 personnes dans ce qui était , avant, une paisible petite ville ukrainienne.

Je croyais, naïvement, qu’ils n’avaient été « que  » abattu.

Mais non, ils ont aussi été torturé.

La liste des tortures est insoutenable.

Je comprends pourquoi on parle d’ Oradour à la russe.

Oradour, c’est un petit village de France.

Quand les nazis ont quitté la France, ils ont fait pareil : massacrant tout un village au passage, d’une manière spécialement cruelle.

 

Aujourd’hui. le village se visite encore.

Gardé en état, pour témoigner de l’horreur.

Afin qu’on oublie pas.

Il fait très froid.

J’ose à peine imaginer ceux qui ont souffert.

Mais je pense à eux.

Je compatis et je n’oublierai pas.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire