Imagine Dragons

Je l’ai trouvé par hasard…
Avec une pub pour un xième portable..
Cette voix , comme un cri, qui déchire le silence.
Cette voix presque féminine, mélange de rage et de douceur.
Accompagnée par les coeurs… les choeurs…
C’est Daniel Reynolds et Imagine Dragons.
Le groupe qui cartonne déjà depuis des années et aligne les tubes.
Repris dans la pub, les films, les jeux vidéos.
On les as tous entendu.
Believer oho….
Radioactif.
Demons.
Et tout récent, le joyeux Follow you.
Avec chaques fois des clips luxueux, des collaborations artistiques suprenantes, et du sens.
Toujours du sens.
Alors j’y ai passé la nuit, mais je sais maintenant tout ce que je voulais savoir sur Dan Reynolds et les autres.
J’ai pressenti que ça m’emmènerait loin et je ne me suis pas trompée.
Déjà, il a une voix magnifique, la musique est soignée. Très.
Il y a les autres du groupe aussi, le guitariste entre autres, qui lui compose des riffs sur mesure.
Et Dan pose ses mots, son âme , dessus.
Des mots simples, qu’il répète, qu’il fait claquer.
A torse nu la plupart du temps, devant des milliers de personnes conquises,
il balance ses mots.
Des mots qui le raconte.
C’est surement pour ça que ça sonne si juste.
Mais Dan Reynolds n’est pas qu’un génial musicien.
C’est aussi un mormon. à la base.
J’avoue qu’au départ, ça m’a un peu refroidi
Vous savez, pour nous les Suisses, ce sont ces jeunes hommes avec des beaux costumes qui viennent par deux sonner à nos portes pour nous porter la bonne parole.
Bon, en général, on en veut pas.
C’est vrai , quoi, ça a un petit côté vexant .
Est-ce que la Suisse est un pays sauvage sans foi aucune?
Mais pour qui ils nous prennent ?
Ca fait genre, on n’est une bande de païens sauvages adorateurs de la vache et du chocolat?
Genre , on a jamais entendu parler de Dieu ?
Et on voudrait adopter le leur ?
Parce qu’un type nommé Smith auraait reçu la parole divine dans un bosquet, lui donnant le droit d’avoir autant de femme qu’il voulait ?
Et puis quoi encore ?
Surtout quand on sait ce qu’ils font aux jeunes mormons… ceux qui ne rentrent pas dans le moule.
Rejetés, culpabilisé, mis au ban d’une communauté qui était la leur, qui les protégeait et guidait chacun de leur pas.
C’est terrible.
Et quand je dis c’est terrible, c’est parce qu’à cause de ces rejets, on assiste à des vagues de suicides.
Ce qu’on appelle l’effet Werther.
Werther était le nom du héro d’une livre de Goethe. Je l’ai lu, mais heureusement je suis toujours en vie :).
Par contre à l’époque de sa parution, des jeunes allemands se sont donnés la mort, touchés par le héros romantique qui se suicide par amour et par arme à feu.
Au point qu’on a interdit le livre par endroit.
Ca serait trop long à expliquer ici, mais il semble que le suicide, soit  » contagieux », et que plus on en parle, dans la presse en particulier, plus ça en déclenche
En particulier chez les jeunes qui ont le malheur d’être homosexuel : c’est un pêché !
C’est punissable, de la peine de mort encore dans 11 pays, et interdit dans 69…
… et la communauté mormone, leur communauté, celles dont ils suivent les règles depuis des générations, les rejettent. Mais pas seulement, ils leur font bien sentir à quel point ils n’ont pas le droit d’être qui ils sont.
On en revient à la phrase de Doris ; je ne veux pas qu’on me dise comment je dois vivre.
Là , on leur dit presque comment ils doivent mourir.
J’ai vu une petite fille, courageuse, oser prendre la parole devant sa congrégation, et on l’a fait taire.
Jai vu des parents pleurer la mort de leur fils, condamné par ses pairs, pour avoir aimé sa petite amie…
Combien de fils, combien de filles sacrifiés sur l’autel de cette religion.
Enfin chez nous c’en est une, dans d’autres pays c’est une secte.
Bon mon but ce n’est pas de faire un article sur les mormons.
Surement que tout n’est pas à rejeter .
C’est contradictoire, mais c’est une communauté qui prends soin des siens.
Trop.. et quand ils sont excommunié c’est encore plus dur.
Je ne sais pas si vous imaginez ce que c’est d’être rejeté par les siens.
De devoir se cacher en priant pour que ce ne soit pas le cas.
D’être partagé entre sa foi et sa raison.
Quand l’Amérique à du se prononcer pour interdire le mariage gay, les mormons ont payés de leur poche les campagnes politiques.
Je suis sure qu’en me renseignant un peu, je trouverais d’autres choses choquantes, mais voilà o? je veux en venir:
Dan Reynolds il a la foi.
Mais un cerveau aussi.
Il n’est pas gay, mais il est sensible.
Ca prendrait trop de temps pour raconter comment il en est arrivé là, et l’excellent documentaire qui lui est consacré « Believer »
disponible sur Youtube l’explique très bien.
Voilà l’homme , il aurait pu tout rejeter en bloc, mais il a compris que ce n’était pas la solution.
Il a voulu aider sa communauté.
Essayer d’arrêter tout ces suicides.
Alors il a eu l’idée de faire un grand festival.
Lovelaud.
Pour que ces jeunes mormons, ou pas, fassent l’expérience d’être eux-mêmes librement, dans la joie, une fois dans leur vie.
Il ne s’est pas contenté de chanter.
Il a parlé aussi. Longuement.
Et la petite fille dont j’ai parlé plus haut à pu s’exprimer, jusqu’au bout cette fois.
Et on l’a applaudi, félicité pour son courage.
Le genre de moment qui change une vie, qui change des vies.
Parler pour dire ce qui semble tellement logique : que chacun à le droit d’être celui ou celle qu’il est vraiment.
D’aimer qui il, ou elle veut.
Et d’avoir une foi mormonne,si il en a envie.
Pour moi c’est un peu difficile à comprendre.
Parce que j’ai une espèce de foi personnelle, une sorte de mini-secte à moi qui ne comporte qu’une seule adepte.
Mais quand je parle de ce que je ressens, je me rends compte que beaucoup de gens pensent comme moi.
Qu’il y a quelque chose de mystérieux, que je ne sais pas ce que c’est, ni ce qu’on fait là au juste,
et que l’Amour est notre moteur, notre benzine aussi, Qu’il y a parfois des miracles et des anges.
Je le sais parce que j’en ai vu.
Voilà ce que je crois.
Mes parents voulaient que je sois catholique comme eux.
J’ai fait ma communion , ma confirmation, je me suis confessée même.
Et puis, j’ai grandi.
Je me suis renseignée, et j’ai su les horreurs que mon église catholique avait fait sur aux indigènes d’Amérique latine,par exemple, à son hypocrisie, sans compter les autres abus commis en son nom.
Ca m’a suffit pour ne plus me sentir catholique.
Mais tout ce catéchisme… ça laisse des traces.
Je suis encore capable de faire une prière, de brûler un cierge, d’avoir des grandes conversations divines.l
Alors quelqu’un qui vivrait comme ça, à 100 pour 100…. ça doit être un déchirement total que je ne peux qu’imaginer.
Ou je trouve Dan Reynolds formidable, c’est son engagement en faveur de ces jeunes qui ne sont pas comme lui, apparemment.
Parce que je ne crois pas que la question est d’être gay ou pas.
La question est d’être la personne que l’on est.

Avec ses propres besoins, envies, et sur bien des points, lui non plus ne se conforme pas à l’idéal mormon.
Donc, il les comprends ces jeunes, il est touché par leur détresse, et il fait quelque chose de concret, pour les aider.
Voilà, c’est aussi simple que ça.
Et puis, il y a les paroles de ces chansons, qui ont du sens pour tellement de gens.
Les collaborations du groupe avec d’autres artistes, à commencer par la femme de Dan Reynolds Aja Volkman, qui est une sacré bonne femme!!! ET chaque fois qu’il en a l’occasion, il en parle, avec amour, la présente aux milliers de personnes, et chante avec elle.
Voilà, il y a des gens qui m’impressionnent dans la vie.
C’est le cas de ces deux là.
Et quand Dan Reynolds s’éffondre en pleurs sur scène, terrassé par ses émotions,
c’est sa petite fille qui vient le réconforter.
Vous voyez ça, un homme un vrai, pour moi c’est ça.
Quelqu’un qui exprime ses sentiments, et aime ses enfants.
Leur laisse du pouvoir.
Dans le sens ou trop de parents  » castrent » leur propres enfants, en les enfermant dans leur volonté.

Alors, elle réconforte son papa, et reste avec lui assise entre ses jambes, pour lui donner de sa force et qu’il puisse continuer son discours.
Elle sait très bien de quoi ça parle.
Je parie même qu’elle a conscience de son importance.
Les petites filles de maintenant sont tellement intelligentes.
Celles d’avant aussi, mais elles étaient et sont encore tellement brimées…
Tenez hier, j’ai vu un reportage en Turquie , une mère disait à sa fille qu’elle n’était rien…
Et juste après, qu’elle serait fière si elle arrivait à être professeure..
Parce que c’est ça toute l’histoire : le combat entre ce qu’on nous a appris et montré, et entre ce que l’on ressent qui est juste.
Cette mère analphabète , face à sa fille qui étudie, c’est une fracture, une honte aussi.
Mais ce qu’elle ressent, cette fierté à l’idée qu’elle puisse devenir ce qu’elle-même n’a jamais osé rêvé, c’est de l’espoir.

Il n’y a aucun doute, cette petite fille un jour fera elle aussi de grandes choses.
Comme toutes les petites filles élevées maintenant dans l’amour et l’ouverture sur les autres.
Sur l’acceptation des différences.
Que se soit les nôtres ou celles des autres.
Les petites filles de maintenant sont notre avenir.
Dan Reynolds en a trois.
J’en ai une, aussi.
Et quand je vois son intelligence, ses capacités, je suis hyper-fière.
Je me demande même comment c’est possible qu’elle soit si forte et responsable avec une famille comme la nôtre.
Tellement à part.
Tenez, un exemple.
Sa maman fait de la boxe, le mercredi soir, donc ma petite-fille dort chez moi.
Hier soir elle me dit : je vais mettre le réveil pour 5h45 du matin.
Et moi qui me couche hyper-tard, je dis… que c’est bien trop tôt.
Mais elle m’explique tout ce qu’elle doit faire pour être prête à aller à l’école, pour prendre son bus à la gare ,
elle connaît déjà l’horaire aussi.
Et ce matin ,elle a fait tout ça, point par point, comme elle l’avait prévu.
Parce qu’elle aime l’école, elle sait que c’est important d’y aller et elle adore apprendre.
En plus elle est bonne, voir une des meilleure de sa classe,
Ca me rends tellement fière.
Bien sûr, les petits garçons aussi sont importants.
Eux aussi feront de grandes choses.
Ceux qui les élèvent ont une immense responsabilité dans ce qu’ils vont devenir.
Ce dont ils devront se débarrasser, et ce qu’ils voudront garder.
Je répète souvent à ma petite fille qu’elle est parfaite comme elle est.
Qu’elle est belle, intelligente et que je l’aime.
J’aurais aimé entendre ça plus souvent.
Mais qu’importe, maintenant, le travail est fait.
Plus d’auto-apitoiement.
C’est fini.
J’ai gagné.
Je ne laisserai plus personne me fait ressentir que je n’ai pas assez de valeur,
et surtout que je ne peux pas être qui je veux vraiment.
Chaque fois que je me rase la tête, je reconfirme mon identité.
Je ne me cache plus derrière mes cheveux.
La question n’est surtout pas de savoir si ça plait ou non.
La question est de s’aimer, comme on est.
De ne pas s’enfermer.
D’avoir le choix de rester ou de partir.
De donner ce qu’on peut, quand on peut.
Etre différent.. mais ne sommes nous pas tous différents?
On a ce besoin primitif, dans le bon sens du terme , d’appartenir à une tribu.
Celles que je trouve belles sont bariolées, chacun porte ses propres signes , à sa façon.
Quand je vois des uniformes, de la conformité , ça me fait peur.
Comme si on voulait gommer les différences.
Ce qui fait notre personnalité.
Nous effacer.
Les lois sont importantes, elles régissent l’ordre nécessaire dans la société.

tant qu’une partie des hommes n’imposent pas aux autres des règles qui n’ont aucun sens.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire