I have a Dream…

Comme il serait beau , le monde, si il ressemblait  au rassemblement de jeudi.

On ne parle pas forcément la même langue, mais quand on crie,

c’est le même son puissant qui sort du tréfonds de nos entrailles.

L’énergie dans l’air était si forte, que beaucoup ont tremblé, que les larmes se sont remises à couler,

et on était bien.

En tout cas, moi je l’étais.

Je me sentais une et partie de l’ensemble.

Comme une espèce de tribu guerrière.

Ou les hommes et les femmes sont égaux.

Ou personne n’est jugé sur  son physique,sa façon de s’habiller ou sur la vie qu’il a mené.

Quelque chose de si fort ne peut pas durer.

Il faut rentrer chez soi, reprendre ses esprits, se reposer.

Se retrouver un peu seul.

Continuer son existence avec des choses aussi bêtes que faire sa vaisselle.

Parce qu’on doit se reprendre.

Chez moi, quelque chose que je croyais perdu est revenu , aussi clair et net qu’avant.

Depuis longtemps, je rêve d’un village, ou il ferait bon vivre.

Avec ses anciens et ses sages,

avec ses enfants qui courent libres et en sécurité.

Qui grimpent dans les arbres, ou qui lisent tranquillement adossés à un arbre.

Un village de respect et de liberté.

Un village ou chacun serait estimé pour ce qu’il sait faire.

Ou l’argent n’existerais que pour l’extérieur, puisqu’on ferait du troc.

Sans même y penser.

Parce que l’entraide serait naturelle.

Un village avec pleins d’animaux , des beaux et des éclopés aussi.

Des poules qu’on ne force pas à pondre, mais qu’on protège des renards.

Je le vois bien, ce village.

Comme une aventure de vie  que j’aimerais mener depuis le début.

Pour inventer de nouvelles traditions.

Pour faire partie d’un nouveau peuple ou je me sentirais bien.

Qui vivrait au rythme des saisons,

sans rejeter la technologie,

Qui a envie de passer toute une journée à faire la lessive ?

Les vikings avaient des esclaves qui s’en occupaient.

Nous avons des machines.

Et les machines devraient être nos esclaves, et pas l’inverse.

Je n’a pas d’i-phone.

Je m’en passe très bien.

Mais j’aime avoir un ordinateur, j’aime être connectée avec le monde entier.

J’aime apprendre.

Ce que je déteste, c’est une vie ou on force les enfants à se lever à 6h du matin,

pour s’affaler sur des bancs, dans des leçons formatées pour tous.

Dans mon village, il y aurait des professeurs, et les enfants apprendraient, mais à leur rythme, et en tenant compte de leurs personnalités.

Bien sûr qu’il faut des règles, mais pas des lois absurdes qui sont si vieilles qu’on ne sait même plus pourquoi elles existent.

 

Il fait beau aujourd’hui, dans ce week-end de Pâques.

Le vent souffle, ce n’est pas encore le moment d’oublier sa veste.

Mais je n’ai pas envie de sortir.

encore moins de faire ma vaisselle.

J’aimerais retrouver de l’énergie.

J’ai fait un drôle de rêve cette nuit.

J’étais copine avec une fille qui allait recevoir un oscar…

Je ne vois vraiment pas ce que ça peut vouloir dire !

Il fait froid, chez moi, j’ai fait du feu.

Le chauffage à gaz , n’a plus de gaz.

C’est parti vite.

Heureusement, il me restait du bois.

La vie continue, je vais faire ma vaisselle

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire