Hop Suisse !Ben oui.

On n’était pas prêt.
En plus, il pleuvait.
On n’avait peut-être même pas envie de voir la potentielle déculottée qu’on allait se ramasser de la part de nos voisins français.champion-du-monde.
Quand à moi, j’avoue que je ne savais même pas que ce match avait lieu.
Et puis, j’ai entendu les premiers klaxons.
-Tiens.. quelqu’un a gagné… pensais-je.
Et puis, par curiosité j’ai regardé qui jouait.
La Suisse contre la France.
Pauvre de nous…
Mais là, étonnement, on avait déjà marqué un but.
Enfin, un de nos joueurs.
Mais vous savez bien ,quand un joueur marque un but, c’est toute une nation qui est avec lui.
Les klaxons continuent, mais pas tant que ça.
Et puis, je cherche la chaîne du match, en différé, et à ce moment là, c’était encore la mi-temps.
1 zéro… pour nous.
Je commence à y croire , mais juste un peu.
Il n’y a pas assez de klakons.
Les français ont du se rattraper.
Je presse sur avance rapide.
3 à 3…
ouais…
Et puis les prolongations,
les tirs au but.
Je regarde par la fenêtre et je vois des drapauds suisse s’agiter.
Même là, je n’y crois pas encore.
Je veux voir ça de mes yeux.
Alors , je regarde la séance de tir au but.
Et je nous vois, assurer notre race.
But après but.
Le commentateur français, forcément, y croit encore.
Et le suspens dure… 1, 2, 3, 4,…
tout nos joueurs assurent.
Arrive le demi-Dieu français.
Et notre demi-Dieu des goals à nous, Sommer
( et pas Zomeur comme le dit le commentateur)
Yann de son prénom,
arrête le ballon.
Aussitôt, de mes tréfonds,
jaillit un cri de joie qui m’étonne moi même.
Tandis que toute l’équipe se précipite
dans le coin des supporters.
Sur le gazon, les français n’ont même plus la force de pleurer.
Par la suite, ils diront que c’est à cause d’un truc pas frais ,mangé la veille,
que Didier Deschamps aurait du , ou plutôt n’aurait pas du faire ça ou ça..
que Kylian Mbappé n’avait pas ses chaussettes porte-bonheur…

ils se trouveront un tas d’explications, mais ils ne diront pas que
nous avons été meilleurs.

Au dehors, les klaxons se sont tu.
La faute à la pluie et au boulot demain.
Lendemain.
Le match repasse sur la 2, je tombe sur un moment que je n’avais pas vu.
Quand il restait 10 minutes… et qu’on était menés 3 a 1.
Mais ça.. les commentateurs français ne l’on pas dit ….
C’est dingue ce quôn a fait.
C’est la preuve du coeur de notre équipe.
Notre héros s’apelle Seferovic.
Sur Google je tape juste Sef et je tombe sur lui.
3 minutes.. il reste quelques minutes.
Nos commentateurs à nous y croient encore.
J’ai beau savoir qu’on l’a mis, ce troisième ça semble impossible.
Dans les gradins un supporter commence à manger son maillot.
Et là, le deuxième miracle :
Nommé Mario Gavranovic.
La c’est la rage qui l’anime,
et toute l’équipe glisse avec lui.
Granit Xhaka lui donne un gros bisous sur la tête.
Un qui joue bien aussi, c’est le type avec les tresses, je vais trouver son nom.Kevin Mbabu.
Pardon mais le foot c’est pas mon domaine, il faut que je me renseigne au fur à mesure.
Donc Mario met un but
et les supporters français commencent à pleurer.
A ce moment, mon fils me rejoint et je regarde encore une fois, avec lui,
l’ultime séance de tir au but.
La encore, on assure.
Joueur après jour, on feinte le goal français.
Le suspens est à son comble.
Le supporter suisse à enlevé son maillot.
Découvrant sa bedaine poilue.
La télé filme toujours le même.
C’est vrai que , sur tout le stade, on est pas très nombreux, dans notre coin.
Mais on est rouge, on nous voit bien.
Arrive la star,
Kilian Mbappé.
Il n’a pas l’air dans son assiette.
Logiquement, si c’est vrai qu’on a gagné, alors, il va le manquer ce but.
C’est facile à dire après coup, mais à ce moment là, je le sens.
Il faut un moment à Yann Sommer pour réaliser que oui, c’est bon, on a gagné,
et il s’envole avec tout le reste e l’équipe vers le petit coin des supporters suisses.
Supporters qui dégringolent des gradins pour se rapprocher d’eux.
La j’aimerais y être, avec mon appareil photo et immortaliser ces instants de joie intense.
De joie pure, devant l’exploit.
Parce que c’en est un.
On n’avait plus battu la France depuis .. 1992.
Tant de joie, tant d’émotions.
Je pleure toute seule devant ma télé.
Je pensais bien, notre supporter fait le buzz sur les réseau sociaux.
On n’a vu que lui, il s’apelle Luca Loutenbach, un jurassien de 28 ans.
On l’aime parce qu’on a vécu nos émotions à travers lui aussi.
Parce que franchement, qui croyait qu’on allait gagner ?
Pas la France en tout cas.. ni même nous, pour la plupart.
Quelle importance, dirons certain ?
Ce n’est « que du foot ».
Mais qu’importe le support, quand viens tant de joie partagée.
D’autant que nous n’en avons pas l’habitude.
Et faire la fête, avec la pluie qui tombait à verse, c’était un peu plus compliqué.
Mais aujourd’hui, qu’on aime ou pas le foot, le pays entier se réveille plus joyeux qu’avant.
Une joie pure, sans tache.
Sans polémique à base de mouvements de mains.
Pendant des années, j’ai pris l’habitude de voir à Bienne, les italiens manifester leur bonheur dans la victoire,
avec un pincement d’envie.
Pourquoi pas nous ?
Et cette fois, on ne peut pas non plus nous dire qu’on a gagné avec des suisses importés.
Granit, Harris, Mario, Luca, et Kevin sont tous nés en Suisse.
Qu’ils soient albanais, bosniaque ou autres, d’origine, est simplement une preuve de l’ouverture de notre pays, qui sait privilégier le talent quand il est là.

J’aurais voulu en voir plus, dans leur joie, dans ce moment historique pour nous.
Après ce match si parfait.
Franchement, vous le savez peut-être, je suis moitié suisse et moitié française,
j’ai le droit absolu de critiquer le comportement des commentateurs français.
De remarquer les différences entre les équipes.
Et de décider de laquelle je me sens la plus proche.
Les suisses…
Notre équipe soudée, qui joue un beau football, propre et sans cinéma.
Pas de stars, ou en tout cas pas comme en France.
Et surement des salaires bien moins élevés.
Bien sur que je trouve ça aberrant de payer 18 millions un type qui n’est même pas foutu de mettre un ballon dans un but.
Pour ce prix là.. il devrait le faire à tout les coups, non ?
Non.
Surement pas.
Ce pauvre Killian est un être humain. il a droit à l’erreur.
Une erreur qui aura des conséquences certes , mais qui
devrait rester relative.
Sportive.
Pareil pour Didier Deschamps et tout les autres joueurs français.

Je rêve qu’au lieu de se faire la guerre, on fasse du sport.

La suite vendredi contre l’Espagne.
Quel que soit le résultat, rien n’entachera la victoire d’hier.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire