Happy birth day Maman

C’est l’anniversaire de ma ptite maman aujourd’hui.

Ma fille avait fait un gâteau.. une merveille de gâteau.

Elle a passé 7h pour le faire.

Un truc assez compliqué, avec trois couches.

Parfaites.

Chocolat blanc, avec mousse aux framboises.

Et un fonds de crumble.

Avec une déco : des petites feuilles de menthe, des fleurs en massepain.

On s’est régalé.

Le genre de dessert , quand on le mange, on ne parle plus : on savoure.

Un dessert inoubliable.

Mon fils lui à offert un livre.

La suite d’un autre, qu’elle a bien aimé.

J’ai vu tout-de-suite que ça lui à fait plaisir.

Ma soeur elle et son mari, avaient assuré le repas, des tas de bonnes choses ,avec du pain de Sils, mon préféré.

Une très bonne idée, qui nous permet de rester tous  ensemble à table.

On à bien mangé, saumon,  roast-beef, viande séchée, tout ce que j’aime.

Ma soeur connaît mes goûts.

Elle sait que je suis une grosse pénible. et même si ce n’est pas mon anniversaire, elle pense quand même à moi.

Et mes deux grands et beaux neveux étaient là aussi.

C’est ça une famille.

Je voyais bien que ma mère était heureuse de nous voir tous, pour son anniversaire.

Je suis contente qu’on puisse faire ça.

Il y a tellement de famille ou les enfants ne se parlent plus, ou vivent trop loin de leurs parents.

Nous on à la chance de bien s’entendre ,et d’être dans la même ville.

J’ai essayé de partir.

Tant que j’étais en Suisse, ça allait.

Mais quand je suis partie plus loin, en Afrique, la famille me manquait terriblement.

J’ai pu rentré, et depuis, je ne veux plus repartir.

J’ai essayé, mais chaque fois, ma famille me manque trop.

Même si je ne suis qu’à quelques kilomètres.

Donc, je ne pars plus, et je veille.

Surtout que depuis, j’ai une nouvelle place dans la famille.

Je suis déjà, une mère,une fille, une soeur, une nièce, une tante, j’étais une petite -fille quand mes grands parents vivaient encore, et maintenant, je suis

aussi grand-maman.

Pour moi c’est la responsabilité suprême.

J’adorais mes grands-parents.

Faire Noêl avec eux, je me réjouissais toute l’année.

Quand ils sont parti… c’était plus pareil.

Ils ont laissé un grand vide que personne ne pouvait  remplir.

Mais heureusement, ma tante à continué la tradition, avec ses repas

délicieux.

Personne au monde ne cuisine aussi bien que ma tante Francine.

On dirait que je ne pense qu’à bouffer…

Mais la nourriture, ça va avec la famille…

Avec la famille et avec la vie.

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire