En parler ou pas..

Je me pose des questions.

Je suis plutôt heureuse, en ce moment précis.

Pourtant je n’ai pas été épargnée ces derniers temps.

Mais, autour de moi, ce que mes amies traversent en ce moment, est si triste,

que je n’arrive pas à être heureuse tout -à-fait.

Ca me semblerait indécent.

Béronique, Line, Maud…

Les deux premières font le deuil de compagnons restés tant d’années auprès d’elles.

La troisième doit se séparer du sien, pas parce qu’elle le veut, mais parce que c’est l’unique façon de  sauver sa vie.

Et Little,  c’est son nom, prends une grande place, physiquement et affectivement.

Ca me fait penser qu’un animal quel que soit sa taille, laisse toujours un grand vide, lorsqu’il doit partir pour toujours

Même un petit raton…

Et on continue d’entendre ses bruits si familiers, de pattes  qui  traversent la nuit,

même si on sait parfaitement que c’est impossible.

Une grande et irremplaçable perte.

J’ai cru perdre Prisca aussi.

Brusquement, sans raison apparente, la voilà qui perds toute force.

Qui ne mange plus.

Qui refuse d’avancer.

Je ne savais pas ce qu’elle avait.

Ca semblait si brusque, un peu comme si elle vieillissait d’un coup.

Nous étions tous choqué.

Nous l’avons entouré de notre attention.

Elle nous regardait avec des grands yeux tristes,

mais je ne sais pas si elle nous voyait vraiment.

Elle semblait ailleurs, comme si elle ne nous entendais pas non plus.

Complémentent apathique.

Par contre , elle ne se plaignait pas.

Etun chien qui souffre, généralement on l’entends.

Enfin, Prisca, ele s’exprime, quand elle à besoin de quelque chose, on le sait.

Là, rien.

Juste ses yeux tristes dans le vide.

On ne sait pas quoi faire.

C’était le soir tard.

Comme elle respirait normalement, et que j’ai réussi à la faire manger un peu,

j’ai décidé d’attendre le lendemain.

Avant de me précipiter chez le véto.

Et le lendemain.. miracle.

Comme si elle reprenait vie, de seconde en seconde.

Le soir, ça allait déjà bien mieux.

Et le surlendemain, on y voyait plus rien.

J’ai ma théorie sur le sujet.

Un bâton d’encens qu’on m’avait gentiment offert, et qui sentait extrêmement fort.

Bien plus que tout les bâtons que j’ai jamais essayé auparavant.

Alors, est-ce que c’est ça ?

Parce que ça coïncide ?

C’est bien possible.

Par  précaution, je n’en mets plus.

Voilà ce que je voulais dire :

Parler de nos problème est nécessaires, voir utile..

Partager son expérience.

Dire comment on s’en est sorti…

Ma petite histoire à l’air bien futile, face à ce qui arrive à mes amies.

Et il arrive d’autres choses , à d’autres ami,es.. et on en sait rien.

A elles, à eux, leurs famille proche…

Il arrive tout le temps des choses.

Et la vie continue…

voilà pourquoi on devrait être gentil, les uns avec les autres.

 

Une réponse sur “En parler ou pas..”

  1. très beau. Triste aussi. Les animaux sont la vie, sans eux je ne serai plus là. Meilleures pensées et salutations à toute votre famille. Désolé de ne pas donner de nouvelles, j’essaie toujours de tourner la page. Que la joie et le bonheur vous accompagnent au quotidien. Molok

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :