Double bonheur!

Merci mes chers clients et néanmoins amis!

Grâce à vous, j’ai pu récupérer mon abonnement Photoshop et me rendre compte au passage que la version moins chère me convenait parfaitement.

L’autre coûte le double et je n’utilisais pas les fonctionnalités additionnelles…

Donc, Bonjour mon Photoshop chéri! En plus tu t’es souvenu de mes pug-in préférés et tu me les a remis sans rien demander.

Ca faisait des semaines que je me contentais de l’outil de base collé sur mon ordi…

Je me contentais, c’est un grand mot.

Je ne pouvais pas y mettre mon style, celui qui fait ma spécificité

Du coup, je n’étais que peux satisfaite de mes photos.

Je précise, même si la plupart de mes vrais fans le savent, que je ne triche pas.

J’utilise photoshop pour extraire de la photo ce qui ne se voit pas au premier abord. mais qui est déjà contenu dans la prise.

Ensuite, c’est vrai qu’il m’arrive de saturer, voir d’hyper-saturer mes couleurs, mais ça, c’est mon droit absolu.

Ca s’apelle « le style ».

Quel bonheur je vous dit !

Et comme un bonheur est toujours accompagné d’un autre, j’ai pu commander les perles qui me manquaient pour ma nouvelle collection Gothique 2.0

Bref, je suis doublement heureuse et c’est grâce à vous.

Donc merci, mille merci d’être là, d’aimer ce que je fais et d’acheter mes productions.

Carnaval arrive et nous serons là.

Au marché du samedi, avec plus de stands encore vu l’événement

Seul point noir.. mon dos en compote.

Steve s’en est bien occupé, merci Steve, mais il à remarqué au passage que je suis tendue comme le string d’une candidate dans une émission de télé-réalité.

C’est dire.

En fait je suis tendue comme tout les strings de toutes les candidates des Princes de l’Amour en passant par la Villa des Coeurs brisés, et les Marseillais contre-attaquent …et même de la version sud-américaine de Love Island !

En parlant de télé j’aimerais mettre une mention spéciale à la nouvelle série sur la catastrophe de Tchernobyl.

Ca fait froid dans le dos!!

Je pense à ces héros qui ont sauvé des millions de personnes pour quelques centaines de roupies… les officiels en place en prennent pour leur grande.. ah elle est belle la patrie.. l’idéologie balayée par les ambitions politiques.

Evacuer la population n’étais pas une priorité et les enfants jouaient dans les cendres radioactives, comme si c’était des feuilles mortes.

Un monceau, que dis-je un Everest d’incompétences cumulées par abrutis imbus de leur poste.

Avec ces dialogues qui me restent :

La femme : je suis physicienne nucléaire et vous, avant d’avoir ce poste vous étiez dans une usine de chaussure.

le type bien gras derrière son bureau : oui mais c’est moi qui commande !

Nous vivons actuellement une nouvelle période.

Celle de la libération de la parole.

Regardez une série comme « The New Poe » qui montre les religieux décadents, au sein même du Vatican.

Par exemple… et les reportages sur les pratiques d’esclavage sexues de talibans…

Oi mieux « Our Boys » série ultra-réaliste à voir absolument si on s’intéresse un peu à ce qui se passe dans le monde-

Avant tout, avant d’être juif, catholique ou musulman, avant de renier ou d’adorer les Dieux,

avant de massacrer les pangolins (honte !!), avant d’être atteint du coronavirus ou pas,

Avant d’aimer le rose ou de détester ceux qui voudraient pouvoir choisir leur identité.

avant de souffrir parce qu’on ne corresponds pas aux standards d’une mode qui s’en fiche.

avant d’être trop comme ci et, où pas assez comme ça,

Avant d’être blond, roux, frisé, chauve , blanc , noir, jaune…

Petit ou grand, riche comme papa ou fauché comme maman.. ou les deux à la fois…

Avant d’aimer les fleurs des champs ou les fleurs coupées.. les grands espaces,

ou les nids douillets…

Avant tout ça, nous sommes tous, même si ça ne se voit pas toujours clairement,

: des pu…….  d’être humains.

On  pourrait consacrer quelques minutes par jour à s’en souvenir.

A se demander ce qu’on pourrait faire pour améliorer nos conditions.

Il y en a qui le font.

Et d’autres qui pointent du doigt ceux qui n’y arrivent pas.

La bave aux lèvres, le clavier à proximité.

Et qu’importe qu’ils aient raison ou tort, le mal sera fait de toutes façons.

Alors que.. il n’y a qu’à tourner la tête pour voir quelqu’un qu’on peut aider.

Avec un sourire, avec des bras qui serrent, qui servent ( je pense à mon mal de dos)…

Ca porte un nom, notre nom :

l’ Humanité.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire