D’Or et n’avant

Depuis toute petite j’aime l’or.

Déjà , le jaune c’est ma couleur préféré à la base,

Mais l’or a quelque chose de fascinant.

Al’or s… Or donc… quand j’ai appris qu’il y en avait dans certaines de mes perles,

j’ai compris pourquoi , dès qu’il y a un peu de lumière, elles deviennent, elles aussi, fascinantes.

Je n’ai jamais caché que j’ai eu un coup de chance assez dingue, de les avoir pour un prix qui défie toute concurrence.

Ca n’empêche qu’elles ont toujours la même valeur.

J’ai regardé sur des sites du monde entier.

Jusqu’en Suède, elles sont toujours au même prix.

Si je devais comparer, je dirais que la « Magic Flair » c’est son petit nom, c’est la Rolls-Royce des perles.

En Suisse pour 3,95 on en a deux grandes ou trois petites.

Sachant que pour en faire un collier il en faut au minimum  une trentaine.. rien qu’en matériel,  mes colliers avec elles valent déjà plus que le prix que je fais.

Pour l’instant j’ai l’impression d’en avoir beaucoup, mais un jour, je le sais, il ne m’en restera plus.

Donc je mets de l’argent de côté pour la suite.

J’en mets aussi pour mon projet de ferme pour animaux retraîtés.

Parce que j’ai découvert plusieurs choses, au Marché des Artisans.

D’abord, qu’il y aura une suite.

Je ne sais pas encore si je pourrai déjà être là samedi prochain, pour le marché du samedi en ville.

J’aurai la réponse demain si tout va bien.

Ensuite, que les femmes et les hommes aiment les bijoux ,

Et que, s’en parer, est une habitude millénaire qui n’est pas prête de s’éteindre.

Que j’adore faire le marché, mais bon ça je le savais déjà.

Rencontrer des gens différents.

Ca va du biker à la petite mamie, en passant par toutes sortes de femmes très différentes, comme mes bijoux.

Un bijoux, une personne.

Comme des bébés qui attendraient d’être adopté, des talismans qui devraient êtres portés…

Je bosse comme une dingue.

Les perles envahissent mon appartement.

Je me fais des plateaux que je ne range pas, parce que sinon, les idées disparaissent.

Je m’améliore de fois en fois…

J’ai compris un autre truc important.

Avant, je ne sais pas pourquoi , mais il fallait que je recommence tout, si j’avais fait une erreur ou si je trouvais une meilleure méthode.

Maintenant, j’en tire des leçons, et je continue.

Voilà comme on avance.

En parlant d’avancer.. je viens de remarquer un truc… qui m’énerve la moindre.

Vous avez déjà vu la video de Noémie de Lattre, une actrice plus connue pour ses prises de positions que pour ses  films.

Elle balance des arguments super.. sauf que.. ce ne sont pas les siens.

Bon ,elle les mets à sa sauce, mais j’ai vu un reportage sur Delphine Seyrig,

qui dans les années 70 filmait une militante qui balançait déjà les mêmes….

En particulier quand elle dit qu’on se rends mieux compte du sexisme quand dans une phrase on remplace le mot femme par le mot noirs…

La militante des années 70 utilisait le mot « arabe », mais le propos est le même.

%0 ans plus tard on en est toujours là ?

C’est ça, plus que le fait que Delphine ne mentionne pas la référence, qui m’a choqué.

Moi, je ne suis pas une féministe.

Je suis une logique.

C’est normale qu’il y aie des mots pour les femmes et des mots pour les hommes.

Et c’est vrai que je me sens exclue quand on parle des droits de l’Homme…

Je ne me sens pas concernée, même si on me dit que l’Homme avec un grand H désigne le genre humain en général.

Et que le masculin prime sur le féminin.. ça c’est aussi un vieil argument féministe usé jusqu’à la corde, mais qui pourtant à raison… c’est perturbant.

Ce sont des faits que toutes le femmes peuvent ressentir ou pas suivant leur sensibilité.

 

Il y a des femmes qui sont aussi sensible qu’ un tas de cailloux.

Et des hommes qui pleurent en regardant des vidéos de chiens sauvés sur youtube.

Quand j’étais petite je voyais des films ou les mousquetaires battaient tout le monde avec panache.

Et je n’arrivais pas à m’identifier à la pauvre orpheline chialante qu’ils défendaient.

Par contre je me serais bien vu avec une épée…

Alors quoi ? je suis un garçon manqué ?

Simplement j’ai du attendre Alien et Terminatop pour trouver en Ripley et Sarah Connor des héroïnes à qui m’identifier.

Voilà.

J’espère qu’on arrivera un jour à s’apprécier simplement, à se respecter.

Mais nous qui avons enfin récupéré une masse de droits naturels dont on était privée , ne nous rendons pas toujours compte comme  d’autres femmes se sont battue pour ça.

Mais il reste du travail encore et encore… il en faudra du temps…

La bonne nouvelle du jour c’est que je vais faire des photos pour l’Imériale de St-I.

J’ai rencontré deux des organisatrices et deux des photographes qui vont se partager le boulot avec moi.

Je me réjouie !

C’est le 28 juin, si jamais.

 

 

 

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :