Corona-Vida

2020 restera l’année où tout à changé.

Le début de l’ère Corona…

Co-vid 19.. Covid-20 ?  Dieu seul sait où ça nous emmènera.

Une chose est sure : nous ne sommes pas sorti de l’auberge.

Aujourd’hui,   reprise d’un début de conscientisation chez nous.

A la gare, les contrôleurs contrôlent, mais plus seulement les billets.

Pour vivre heureux vivons masqués.

Apprenons à communiquer avec les yeux.

Tels des touaregs dans le désert, au coin du feux.

Lançons des regards mystérieux.

Et des sourires cachés.

Sur ma terrasse, je travaille mes bracelets, je ne risque rien.

D’ailleurs, j’y retourne, j’y suis bien.

Et si le marché est à nouveau annulé alors, je continuerai par la poste.

Ce n’est pas le moment d’abandonner.

Au contraire, je redouble d’efforts et de créativité,

pour qu’il y en aie pour tout le monde.

Maintenant, les gens commencent à penser à moi quand ils veulent faire un petit cadeau, qui e sera pas ruineux, mais qui fera plaisir parce que ce sera une pièce unique choisie exprès pour elle et pour lui.

Avec la carte qui va avec.

Je mets mon énergie dans les cristaux du verre.

En tout cas, je continuerai les marchés tant que ce sera possible.

J’ai fait un test samedi, en m’habillant différemment, un peu plus élégante que d’habitude.

Et Bingo ! je n’ai jamais gagné autant.

Je vois comme il est important d’être là, soignée, ouverte aux autres et souriantes.

J’apporte quelque chose en plus.

Il m’a fallu un certain courage, parce que j’avais peur de ne pas y arriver.

Quand je vois Régine, toujours si élégante derrière son stand… j’ai longtemps pensé que je ne pourrais pas l’être autant.

Alors qu’il suffit d’être une belle version de moi.. je crois.

En tout cas, je vais continuer de faire des efforts à ce niveau là.

 

 

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire