Coïncidences

Les biennois sont en vacances.

Des floppées de touristes de toutes les couleurs envahissent la ville.

Je les vois passer, en-dessus de chez moi.

Venus des villages alentours ou de très très loin, c’est le lac qui les attire.

Je sers de poteau indicateur, parce que le débarcadère est plutôt mal signalé.

Alors qu’il est tout près.

Franchement, il y aurais des efforts à faire, à ce niveau là.

Les bateaux sont là, prêts à voguer vers des destinations aussi exotiques  que l’Ile st-Perre, mais ,  on ne sait pas comment les trouver.

Au retour , pareil.

On me demande la gare.

L’autre jour, assez tard dans la nuit, un touriste américain cherchait son hôtel.

Bon, il avait un peu bu, et un peu oublié le nom de l’hôtel en question.

A tout hasard, je l’ai dirigé vers le plus proche…La piscine de Nidau aussi est mal indiquée.

Comme si on voulait garder nos bons coins à champignons pour nous…

 

Voilà ce que je ferais, si j’en avais le pouvoir.

En été, pendant la période touristique, j’engagerais des jeunes de la ville,

qu veulent se faire de l’argent de poche pendant les vacances.

On leur fournirait une petite formation.

Un joli t-shirt aux couleurs de la ville et on les mettrais à disposition des touristes,

pour les accompagner sur les différents sites intéressants de la ville.

Entre les chutes du Taubenloch et le lac,  en passant par la vieille ville.

Je vous rappelle que maîtriser , plus ou moins bien,trois ou quatre langues est plutôt courant

chez les habitants de la ville.

En plus du français et de l’allemand, on sait souvent  l’italien et l’anglais,

en plus de nos langues natales, espagnol, portugais, croate, wolof…

puisque, à Bienne, 117 nationalités se côtoient.

Même moi, à part le français, je peux renseigner un touriste en allemand, italien  et anglais.

Le bilinguisme est notre richesse, n pourrait l’exploiter aussi de cette façon.

Ca faciliterais la vie des touristes, et permettraient aux jeunes qui ne partent pas de s’occuper tout en rentabilisant.

Bous me direz que des visites guides sont déjà organisées.

Très bien, on trouve ça dans les brochures et sur internet.

 

Mis , aller faire du shopping par exemple, ou une visite à la carte, ou simplement se faire accompagner quelque part, c’est prévu , non.

Pourtant, en Afrique, par exemple, vous trouverez partout ou vous allez, des dizaines de guides, plus ou moins honnêtes, pour vous amener ou vous voulez.

lLa difficulté étant plutôt de ne pas engager de guide, voir de s’en débarrasser.

Pour le prix, il vous lavera votre linge, ira acheter vos cigarettes et coupera vos ongles de pieds.

Bon, pour les ongles, j’avoue que ça va un peu loin, mais pour le linge.. tiens.

On a nos services de nettoyage, mais une vraie laverie, comme dans les films

américains, serait bien aussi.

il y a tellement de choses qu’on pourrait faire !

Mais on en fait,déjà,  quand même.

Je ne me plains pas.

On aura même notre festival.

Ca commence bientôt , et j’ai été engagée, pour faire des photos de quelqu’un qui y travaille.

Mais c’est encore une surprise.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire