Chat libéré

Je suis contente, soulagée,.

Je vais pouvoir me reposer,

J’espère…

Des jours que je ne dors plus.

Que je vais récupérer des chats paniqués, à 4heures du matin, parce qu’ils ne peuvent pas rentrer chez eux.

Que je tremble de rage en voyant la double rangée de ronces et les autres installées le long de la barrière, en plus des piques.

A l’ide qu’un de mes chats se blesse ou pire… , qu’on les empoisonne.

Alors cet après-midi, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai informé la police de la situation.

J’hésitais beaucoup, parce que j’avais peur d’être mal considérée, mais aussi parce que je voulais déjà tenter de résoudre la situation en discutant tranquillement.

Mais non, je me suis heurtée à un mur.

Mur qui se dédouane en prétendant que l’idée vient du « patron ».

Le patron en question c’est le type qui gère les maisons d’a côté.

Bien heureux les voisins des maisons d’à côtés. Ils peuvent profiter du jardin.

Mais ils ne le font pas vraiment.

Sauf un, qui plante, par-ci par là… mais le jardin en question , plutôt grand ressemble plus à un terrain vague qu’un vrai jardin.

La mare est recouverte d’algue et les pauvres poissons qui auraient survécu manquent d’oxygène.

Mais bon, de ce côté là non plus, on a pas l’intention de respecter les animaux.

Depuis hier que mon chat  bloqué par les ronces miaulait désespérément pour pouvoir rentrer.

Personne dans le jardin…

Alors j’ai demandé conseil partout, sur les sites réservés à cet effet.

 

Je ne sais pas trop à quoi ça leur sert d’avoir une page pour poser des questions, si c’est pour ne pas y répondre.

 

Et je suis retourné pour réconforter mon chat.

Quand,  j’ai vu sur les ronces, des touffes de poils, j’ai craqué.

J’ai tout enlevé avec un petit sécateur.

Et il y en avait !!! Des dizaines de branches fixées solidement avec des colsons.

Ensuite, j’ai pratiqué une petite ouverture  pour que mon chat puisse passer.

Mais elle avait trop peur.

Et moi je n’en peux plus…

C’est là que je me suis décidée à  demander conseil à quelqu’un qui était très bien placé pour me renseigner.

Ce qu’il à fait en me mettant en contact avec la police.

Et Zorro est arrivé.

Sous la forme de deux sympathiques policiers.

Je n’ai pas voulu porter plainte, par contre, dans le cas ou un de mes chats seraient blessé, il y aura une main-courante.

Le travail des policiers c’est d’essayer de concilier les parties.

Ils  ont donc contacté le propriétaire, qui en réalité, n’est que le gérant de la maison et du jardin qui appartiennent à la ville.

Mais lui, il n’a pas le temps de venir discuter, d’ailleurs, ça ne serait pas lui qui a ordonné de mettre ce grillage dangereux, ce serait une initiative d’un des habitants de l’immeuble.

Par contre, il prends note que mettre des dispositifs blessants est interdit.

L’habitant  pas là non plus. De même que les clés du jardin qui sont sensées servir à tout le monde.

En réalité , je n’ai jamais vu qu’un seul type, dans ce jardin , depuis des mois.

Bref, avec l’aide d’un voisin,  et de son tournevis, on peut rentrer dans le jardin et Martin , que mon chat connaît bien, arrive à l’attraper.

Mais elle flippe tellement qu’elle s’échappe de la cage de transport et retourne  se cacher.

On persévère.

Martin arrive à l’attraper et cette fois, il arrive à la remettre directement dans mon jardin.

C’est curieux , tout de même…

La raison pour laquelle mes chats sont indésirables, serait les dégâts qu’ils feraient dans les plantations.

Mais de mon côté, il y en a aussi, et là, rien ne se passe.

Et je n’ai rien vu de l’autre côté non plus…

Je ne sais pas si vous vous souvenez, il y a quelques années, j’avais eu le même genre de soucis, avec celle qui s’occupait des jardins.

Mais elle, ce n’était pas les crottes son soucis, mais les poissons de la petite mare….

Poissons qui étouffent sous une grosse couche d’algue, et dont plus personne ne s’occupe aujourd’hui.

A l’époque, elle montait la garde, de nuit armée d’un bâton.

En « sauveteuse de poissons.

Heureusement, elle a déménagé.

Je n’ai jamais vu mes chats pêcher un posson.

Par contre ils sont très efficace contre les rats qui grouillaient dans le quartier.

J’en avais vu jusque dans la cage d’escalier.

Deux de mes chats ont déjà disparu.

Je n’avais jamais pensé qu’on puisse les empoisonner.

Maintenant, j’y pense.

Alors, j’entends déjà ceux qui diront que je m’attire beaucoup d’ennuis.

A la vérité ,je suis loin d’être la seule qui a des problèmes de voisinage.

A la différence que j’en parle.

A la différence que cette fois-ci, la vie de mes animaux est en jeux.

Je connaissais un couple de personnes âgées dont les deux chiens sont morts, en mangeant de la nourriture empoisonnée, sur leur chemin de promenade.

Mais ne nous égarons pas.

J’ai proposé de venir moi-même ramasser les crottes si il le faut.

 

 

Nous sommes au bord de la rivière.

J’ai déjà pu observer des rats, des fouines et même un renard. Sans compter les castors, mais bon je doute qu’ils puissent passer la grille….

Le 98 % du jardin est accessible pour les animaux venant du dehors.

Mais il n’y a que le coin ou mes chats passent pour rentrer chez moi qui est « piégé.

Maintenant les policiers vont se renseigner.

Parce que les lois sur les animaux sont relativement récentes et très détaillées.

Mon amie Maude qui a fait des recherches s’en est apperçu.

D’après les policiers, il n’y a pas de solution, dans l’immédiat.

Surtout si je suis la seule à vouloir discuter…

Mais bon, je dormirai mieux en sachant que les ronces ont disparu.

Les plus vieux de mes chats passent par là depuis 6 ans…

Et les autres ont suivi.

Ils sont déstabilisés.

Ils avaient leur rythme, leurs territoires le long de la rivière.

Ils restent auprès de moi.

Artas . Caotina, Pilou , Sweety, Pim et Nelson.

 

Des petites vies, dont le seul crime est d’avoir remué un peu de terre et de faire leurs besoins.

Si c’était dans un vrai jardin bien entretenu je comprendrais mieux.

Mais c’est très loin d’être le cas.

Mais bon, même si ce n’est qu’un terrain négligé, je peux comprendre, quand même :

Je suis prète à payer des produits répulsifs ou n’importe quoi qui pourrait aider.

 

 

Mais en aucun cas, je ne laisserai quiconque faire du mal à mes animaux.

Les gens ont besoin de coupables, quand les choses ne vont pas.

Au moyen-âge les chats étaient chassés et torturés..

Comme les « sorcières « … suppôts de Satan brûlées sur le bûcher.

Les policiers ont été supers, il faut le dire.

C’est bon de se sentir respectée.

J’espère vraiment que tout s’arrêtera là.

Même si j’en doute.

Je vais vous dire ce que je pense vraiment.

Les chats sont un prétexte.

Cet endroit où passent mes chats,

C’est tout en bas de ma maison, ou vivent un groupe de jeunes qui  s’y réunissent pour faire des grillades avec leurs amis.

Jusque très tard le soir.

Je suppose que ça dérange.

Mais ils sont impressionnants, mes jeunes là, avec leurs airs d’alternatifs tatoués et rasés.

Du coup, mieux vaut s’attaquer à ceux qui ne peuvent pas se défendre.

Voilà , vous savez tout.

C’est une histoire chiante et compliquée,

qui me bouffe.

Le manque de sommeil et les nerfs à vif, ce n’est bon pour personne.

Parfois, il faut du courage. mais on est atteint quand même.

J’ai besoin de toute mon énergie , de tout mon équilibre.

Mes animaux sont aussi des membres de ma famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire