Artiste

Quand j’entends ce mot, la première image qui me vient à l’esprit, c’est un atelier .

Dans cet atelier, des cadres, des peintures, des couleurs et des pinceaux.

Et au-milieu de tout ça, l’artiste en personne.

Un peu sale, un peu ébouriffé, fatigué et affamé,

mais surtout, déprimé.

Plus que ça.

Carrément au bout de sa vie.

Abandonné de tous.

Inconnu malgré son talent indéniable, et obligé de troquer ses toiles contre un bout de pain pour survivre.

Un peu de pain ou autre chose qui ui permettra d’oublier sa misérable condition.

Un jour, il mourra, et là, on … quelqu’un qui passe par là et s’y connait, découvrira ses oeuvres abandonnées sur le trottoir.

Il les exposera et gagnera des millions.

De même que la famille de l’artiste, enfin ceux qui auront conservé au grenier quelques traces de leur autrefois honteux parent.

Van Gogh est mort abandonné, pauvre et à moitié fou  à ce qu’on dit.

Deux jours après avoir tenté de se suicider à coup de revolver dans la poitrine,

enfin on en est pas tout-à- fait sur.. mais bon, le résultat est le même :

le génie absolu qu’il était est mort.

Sans avoir jamais pu profiter de l’immense fortune rapportée par son travail.

Comme Camille Claudel.

Je ne suis ni l’un ni l’autre.

Mais je constate que la créativité, et la dépression sont liées .

Très fortement.

Il me faudra plus qu’un simple article pour en parler.

Est-ce que je suis en dépression ?

Par encore, et je vais me battre de toutes mes forces pour que ça ne soit pas le cas.

Une chose est certaine : la dépression ne va pas m’empêcher de créer, au contraire, je n’ai jamais eu autant d’idées !

Je parle de dépression parce qu’en ce début d’année, nous sommes beaucoup à la friser….

Si par exemple chaque mouvement vous semble pénible.

Si vous n’avez plus envie de sortir de votre lit.

Si vous rester à regarder des vielles séries toute la journée en mangeant des chips… vous n’êtes pas forcément en dépression, mais restez vigilant.

C’est une maladie.

Si on s’enfonce, ça peut devenir grave,  et durer des années.

On ne peut pas secouer un dépressif.

Par contre on peut l’écouter, le comprendre et l’encourager.

Et si vous ne trouvez personne pour ça, eh bien , rien ne vous empêche de le faire vous -même !

Ecoutez-vous, comprenez-vous, encouragez-vous !

En fin d’année en général, et en 2021 en arriver là est normal.

Rien d’étonnant après ce 2020 si perturbant.

Certains ont tout perdu.

Moi je n’avais rien ou pas grand chose, de matériel à perdre.

Reste le plus important, famille , mes chats..

Et là ça va.

Maintenant il es temps de m’occuper de moi.

Pas à pas.

Le reste suivra.

Aide toi-….

le ciel t’aidera.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire