AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

Le plein de bonheur aujourd’hui.

Bonheur numero un : mon blog est à nouveau opérationnel.

C’est drôle, mais j’avais comme l’impression que c’était mieux.

Parfois, mieux vaut se taire.

Mais là, ça remarche, merci Guillaume.

Je me sens bien aujourd’hui, joyeuse.

Incontrôlablement joyeuse.

Là, Google correcto se fâche tout rouge : ça n’existe pas, pour lui « incontrôlablement ».

Pourtant ç’est exactement ce que je ressens.

Ca viens du tréfonds de mon coeur, ça irradie ensuite.

Dans tout mon corps et me donne envie de chanter.

J’ai cette chanson qui me trotte dans la tête,

tout aussi incontrôlablement.

C’est curieux la joie, quand même, vous ne trouvez pas ?

A notre époque,

on sait prédire la température qu’il fera plusieurs jours à l’avance,

on est capable de photographier un atome en pleine lévitation,

on pourrait même soigner la dépression grâce à une spray nasal .

Mais on ne sait toujours pas

d’où vient la joie.

Qu’est-ce que c’est la joie? si déjà ?

J’adore être joyeuse.

Avoir cette sensation que chaque particule de moi va bien, est à la bonne place , en sécurité, tout en pouvant s’exprimer ou que je sois.

Ca se manifeste par du chant…

If a was a rich Girl.. nananananananananaaaaaa

Mais qu’est-ce qui provoque ça ?

La joie de vivre ?

Alors que je n’ai rien fait de particulier, et même que je pourrais toutaussi bien dans les mêmes conditions, être aussi déprimée que je l’étais ces derniers jours…

Après la pluie vient le beau temps ?

Peut-être.

Mais c’est plus que ça.

Comme un pressentiment que quelque chose de bien peut arriver.

Va arriver.

On verra bien.

Alors bien sûr j’aurais d’autres raisons d’être heureuse.

Je le suis pour ma chère Tiffany, qui a trouvé l’homme de sa vie.

Homme qui s’est agenouillé.,qui a ployé son genoux d’homme,

pour remettre son destin entre ses mains de femme.

Comme c’est beau, je trouve.

D’ailleurs, je trouverais ça tout aussi beau si c’était l’inverse.

Mais ça aurait pu aussi me rappeler à mon triste sort de célibataire ?

Ben non.

Je suis joyeuse.

Et l’idée d’être en couple ne me travaille absolument pas.

Quel que soit mon état d’esprit, je n’y pense même pas.

Le célibat est de toute façon mon état naturel.

J’aime la compagnie, j’aime la solitude.

J’aimerais sûrement être en couple aussi.

A condition que l’homme exceptionnel capable de me supporter existe.

Non, non, je ne me rabaisse pas.

Je dis la vérité.

Et bien sûr, ça ne serait pas ça seule qualité, sinon, je suis plutôt facile à vivre , tant qu’on essaie pas de m’empêcher de le faire.. ou

qu’on veuille me changer.

Voilà pourquoi j’aime tant mes amies.

Ce genre de chose ne leur viendrais pas à l’idée.

Et l’amie suprême est capable de voir comment je vais , sans que je lui fasse un petit dessin.

Si j’en fais un quand même,

elle ne tente pas de  faire comme si de rien n’était.

Elle est capable d’insister pour que j’accepte son aide.

Parce qu’elle à compris comme ça m’étais difficile d’en demander.

Reconnaître qu’on a besoin d’aide est une chose.

Ca j’y arrive très bien.

En demander par contre, c’est beaucoup  plus dur.

Mais la joie, alors ?

C’est une réponse du coeur ?

C’est le moteur du coeur ?

Son carburant ?

Ou les deux à la fois.

L’amour ?

L’amour ne rends pas forcément heureux.

Il faut de la joie, du partage, de l’envie, comme des engrais

Et ça vient d’où ?

Ca vient comment ?

ca vient pourquoi ?

Je m’en vais méditer sur la question

 

Laisser un commentaire

Copyright 2019 © Catherine Bergeon - Bienne
%d blogueurs aiment cette page :