11 septembre

Que dire sur le 11 septembre qui n’a pas été dit ?
Revoir ces images, retrouver un peu de l’émotion qui saisi le monde, cet horrible jour là.
Les pompiers héroïques, cette vision atroce de ceux qui se sont jetés dans le vide,
plutôt que de brûler vif, cette fumée qui poursuivait les gens dans les rue.
Personne ne pourra oublier le 11 septembre.
Nous savons tous où nous étions ce jour là,` et le monde entier a ressenti
une avalanche d’émotions.
Après 20 ans, on pourrait croire que tout a été dit.
Mais non.
Pour deux raisons principales :
Ceux qui l’ont vécu de près ont grandi, vieilli, pris du recul.
Eu des répercussions, des conséquences, des reflexions.
A commencer par les enfants qui étaient dans la classe avec le président de l’époque.
Bush est mort, mais les élèves, la directrice, sont bien vivant.
On pourrait croire que cet évênement aurait pu changer leur vie.
Mais le destin à de curieux chemins.
D’implacables chemins.
La couleur de peau, la violence, la pauvreté. régnaient déjà dans l’Amérique de ce temps là.
Règnent toujours.
Un parent ne devrait pas apprendre à ses enfants à avoir peur de la police.
Alors c’est clair, des conséquences, il y en a eu, mais pour eux, ça n’a rien changé.
Accentué peut-être, mais pas changé.
Sur Netflix une série de reportage, que je n’ai pas encore fini de regarder donne la parole à
tout un tas d’intervenants.
Avec des versions parfois totalement opposées.
On a eu le temps de décortiquer, de chercher des responsables.
De se demander comment ça à pu se produire.
On sait déjà que les différents services de renseignements, de l’extérieur et de l’intérieur des Etats-Unis, ne communiquaient pas… pas assez bien en tout cas.
Mais est-ce que, si ça avait été le cas, on aurait pu les arrêter ?
Facile à dire.
Qui aurait pu prévoir un coup pareil ?
Quel cerveau malade pouvait concevoir ce plan machiavélique ?
Assembler la terreur des détournements , et celle des kamikazes, sans rien revendiquer d’autre que l’horreur absolue ?
Tuer des milliers d’innocents, faire du mal à leurs proches en prime.
Et de manière totalement contre-productive à la religion musulmane elle même.
Le djihad à bon dos.
Je ne vois que la haine, la folie et la mort
Montrer au monde entier … montrer quoi ?
Que l’être humain est capable du pire ?
Mais ça, on le savait déjà !
La question est : à ce niveau de perversité, peut-on encore les appeler « être humains ? ».
Puisque la barbarie à toujours existé, entre les guerres et les génocides, alors peut.être que si.
Et si on décide de répliquer à l’horreur par d’autres horreurs, qui sommes nous alors ?
Toujours des êtres humains ?
Capables du pire, et du meilleur.
Capables de haine, capable d’amour.
Comment fallait-il réagir ?
Je me souviens de mon malaise face aux s dirigeants américains.
Le mal par le mal.
Le mal pour le mal …
On le voit maintenant, 20 ans plus tard,
des millions de dollards plus tard,
de nombreux soldats américains tués plus tard, de leurs familles, de leurs amis,
, et combien d’Afghans . talibans ou pas, de résistants , d’autres innocents, de musulmans blessés dans leur âme,d’autres attentats… l’horreur vécue en Europe aussi.. la paranoïa qui s’installe avec ses dérives…
plus tard..
le problème n’est pas réglé.
Tant qu’il y aura des hommes pour croire qu’ils peuvent tuer et asservir d’autres hommes, et femmes à leurs lois. ça continuera.
Celles des talibans sont les pires qui soient.
Mais finalement n’est-ce pas ce que fait et ce qu’à toujours fait le monde ?
A d’autres niveau, ça se passe partout.
Cette monstrueuse bêtise, je l’ai aussi ressenti dans le discours du suisse qui enlève ses enfants à une mère de famille pauvre pour les placer dans une ferme ou ils seront forcés à travailler et abusés de toutes les façons.
Ca date ?
Mais c’était il n’y a pas si longtemps.
Pas si longtemps non plus que nous avons le droit de vote, nous les femmes.
Ce n’est pas pareil ?
Mais je ne compare pas.
Je dis ce que je ressens.
J’ai en horreur toute personne qui use d’un pouvoir légitime ou pas pour dire à quelqu’un comment il doit vivre.
Pour le punir si il va contre sa volonté.
Pour aller jusqu’à le piéger.
Pour détruire sa vie sous pretexte de faire respecter une loi.
Loi qu’il applique aux autres, mais pas à lui-même.
Alors, on dit qu’il en faut des lois… mais je pense aux animaux.
Souvent je pense aux animaux, quand je les voit élever et protéger leurs enfants, les défendre contre l’adversité.
Ils n’ont pas de lois écrites, et pourtant, ils vivent très bien sans.
Tant que l’homme, encore lui, ne vient pas lui polluer ses océans, par exemple.
Nous naissons, libre et égaux.
Avec une conscience qui nous fait ressentir la justesse ou pas de nos actes.
Est-ce que ça ne devrait pas suffire ?
Ou sommes nous si cruels et stupides qu’il faut absolument nous dicter nos conduites dans les moindres détails ?
Bien sur que si quelqu’un fait du mal à un de mes proches, je pourrais avoir envie de le tuer.
Et peut-être même de le faire pour de bon
Et alors ?
Imaginons un instant un monde sans lois écrites.
Du jour au lendemain.
Pour une raison extraordinaire, nous aurions le droit de faire tout qui nous plait de faire.
Est-ce que les gens accéléreraient au lieu de ralentir aux passages pour piétons ?
Est-ce qu’on en profiteraient pour tous joyeusement se taper sur la gueule et exterminer les gens pour
le plaisir.
C’est possible.
Non parce que ce serait dans notre nature je crois, mais à cause de tout ce que nous avons accumulé, comme stress, comme injustices.
Peut-être même qu’on se précipiterais pour défoncer les vitrines des magasins et ramasser ce qu’on trouve.
Au début.
Ensuite, on se calmerait.
Ou pas.
Finalement je n’en sais rien.
Tout ce que je sais c’est le monde dont je rêve.
Un monde de paix, de compréhension.
Un monde d’entraide, de solidarité.
De joies partagées.
De peine partagées aussi, puisque fatalement, il y aura toujours des peines.
L’être humain a plein de défauts, certes, mais il peut être aussi magnifique.
Le monde est en train de changer , encore plus vite, ces dernières années.
Nous le ressentons tous.
Vaccin ou pas, masque ou pas.. pas ou pas…
Il faudra tenir bon, ne pas se laisser diviser.
C’est déjà fait ?
Peut-être, mais il suffit d’une nouvelle catastrophe naturelle , comme les inondations pour voir surgir,
l’entraide, les forces partagées, la compassion.
Chacun a notre niveau on peut faire quelque chose, même si parfois les autres ne le comprennent pas, on sait dans son coeur si c’est juste ou pas.
Je veux croire que l’Amour finira par gagner.
Une fois qu’on aura tout essayé, il restera toujours de l’Amour.
C’est le seul chemin qui nous maintient en vie.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire